Yo : du buzz à la levée de fonds

EntrepriseLevées de fonds
yo-levee-fonds

Révélée au printemps, l’application qui permet d’envoyer des “Yo” sous forme de notifications sonores est désormais valorisée à 10 millions de dollars.

Life Before Us LLC entre dans une nouvelle dimension.

La société éditrice de l’application gratuite Yo – dont le nom est aussi simple que son usage ; en l’occurrence, envoyer des “Yo” à des correspondants sous forme de notifications – a bénéficié d’une rallonge de 300 000 dollars dans le cadre de sa levée de fonds annoncée il y a un mois. Ce qui porte son financement total à 1,5 million de dollars… et sa valorisation à 10 millions.

Life Before Us LLC commence surtout à évoquer l’identité de ses investisseurs. On retrouve notamment ceux qui figuraient sur la liste non exhaustive dévoilée en juin. Moshe Hogeg est le premier d’entre eux. Le CEO de Mobli (réseau social photo-vidéo sur mobile) a joué un rôle déterminant dans la naissance de Yo : c’est lui qui avait demandé à l’un de ses employés de créer une application permettant de “garder le contact avec sa secrétaire”.

L’employé en question se nomme Or Abel. Ce développeur d’origine israélienne installé aux Etats-Unis a imaginé un concept simpliste inspiré du poke qui a connu son heure de gloire sur Facebook, mais que le réseau social n’exploite plus aujourd’hui. Son “nouveau moyen de communication avec zéro caractère” (c’est ainsi qu’il le présente) s’est finalement exporté bien au-delà de l’environnement professionnel.

Des blogueurs l’utilisent aujourd’hui pour prévenir leurs abonnés à chaque nouvelle publication. Mais certains s’en servent sur le principe du chronomètre (une notification après un temps défini)… par exemple pour cuire un œuf à la coque. Un système d’alerte pour la livraison de colis a également été mis en place avec le transporteur FedEx. L’application a aussi bénéficié d’une grosse exposition médiatique pendant la Coupe du Monde de football : l’équipe de France a invité ses supporters à l’encourager en lui envoyant des “Yo”.

Initialement disponible sur iOS et Android, l’application a été portée sur Windows Phone fin juin, puis sur les montres connectées Pebble quelques jours plus tard. Entretemps, un hackaton avait été organisé avec 2500 dollars de récompense pour qui intégrerait au mieux les fonctionnalités de Yo dans sa propre application grâce aux API fournies par Life Before US LLC. Le jury était composé d’anciens de Facebook, Quora ou encore Spotify.

Selon le compte Twitter @YoAppStatus, Yo a passé les 2 millions d’utilisateurs le 11 juillet 2014. Et un modèle économique commence à se dessiner, non seulement à travers de multiples partenariats avec les marques, mais aussi via un service qui permet d’envoyer des cartes postales.

Aux côtés d’un Moshe Hogeg engagé à hauteur de 200 000 dollars, Pete Cashmore – CEO et fondateur de Mashable – est entré au capital. Il est, comme le note Business Insider, imité par Pony Ma, Zhidong Zhang, Chen Ye Xu, Li Qing Zeng et Yi Dan Chen, fondateurs du groupe chinois Tencent. L’enveloppe complémentaire de 300 000 dollars a été apportée par le fonds d’amorçage Betaworks. Selon Or Abel, qui s’est confié à TechCrunch, les négociations ont débuté au mois de mai. Elles ne pouvaient toutefois “pas être dévoilées jusqu’alors”.

yo-utilisation
Un colis livré ? Un œuf cuit ? Il y a une notification Yo pour prévenir.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous de la e-réputation ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur