YouTube déboule en France face à Dailymotion

Mobilité

Google déploie une version française de son célèbre service de partage
vidéos. Une trentaine de diffuseurs audiovisuels s’associent au lancement.

Kamini, la rappeur de la France profonde, délaisse Marly-Gomont pour saluer l’arrivée de YouTube en France avec une courte séquence vidéo tournée devant la Tour Eiffel. Symbolique et révélateur de la volonté de la plate-forme de Google de secouer le PPAF. Traduisez : paysage des plates-formes audiovisuelles en France.

C’est le grand événement de la journée : YouTube débarque en Europe avec sept versions locales, dont une dédiée au marché français. Concrètement, cela signifie que chaque version de la plate-forme de visionnage et de partage vidéos sera entièrement localisée, avec des pages d’accueils et des fonctionnalités de recherche traduites.

Jusqu’ici, le service YouTube, qui est devenue une propriété de Google en septembre 2006 (acquis pour un montant d’1,6 milliard de dollars), s’était concentré sur le développement de sa plate-forme américaine. Désormais, place à l’internationalisation de ses activités. Mardi, Eric Schmidt, PDG de Google, et Marissa Mayer, en qualité de Vice President, Search Products & User Experience chez le groupe Internet, étaient attendus mardi à Paris pour une journée de présentation des activités et de l’actualité de Google devant un parterre de journalistes.

Une trentaine d’acteurs vidéo pour démarrer

Pour marquer son arrivée en France, YouTube annonce une première vague de partenariats pour la diffusion de contenus audiovisuels avec France 4, Euronews et Lagardère Active (via les podcasts vidéo d’Europe 1 et la chaîne thématique Filles TV).

On trouve également des alliés d’horizons hétéroclites comme l’INA, Sony-BMG France, les vidéos officielles du Tour de France ou Médecins du Monde. Poursuivons pêle-mêle avec Direct 8, Public Sénat, AB Group ou Trace TV. En tout, près de trente acteurs ont répondu présents à l’appel de YouTube. Néanmoins, on sent une certaine réticence de la part des grands diffuseurs d’ ouvrir les vannes vidéo sur la plate-forme de Google.

Selon le classement d’audience Médiamétrie//NetRatings d’avril effectué par marque, YouTube détrône Dailymotion. Le service américain enregistre 5,1 millions de visiteurs uniques en tous lieux de connexion contre 4,9 millions pour le challenger national. Mais la guerre ne fait que commencer.

*Voici la liste des pays qui vont accueillir une version locale de YouTube : Brésil, France, Irlande, Italie, Japon, Pays-Bas, Pologne, Espagne et Royaume-Uni.

Vidéo en ligne : les internautes français regardent de près
Comment les internautes français consomment-ils la vidéo en ligne ? ComScore, une société américaine qui mesure l’audience en ligne, vient d’effectuer un zoom sur quatre pays (France, USA, Allemagne, Royaume-Uni): 79 % des internautes français âgés d’au moins 15 ans ont visionné une vidéo en avril 2007. Un score qui se situe dans la tranche haute du panel : 76% pour les Etats-Unis (76%), 80% pour le Royaume-Uni et 70% pour l’Allemagne (70%). L’étude annonce également que l’internaute français adepte du contenu vidéo sur Internet a visionné en moyenne 64 vidéos en avril 2007. Un résultat proche de l’Allemagne (62) et des Etats-Unis (65) mais loin de la performance britannique (80) au Royaume-Uni et 62 en Allemagne.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur