Zlio fait du zèle dans le petit commerce électronique

Mobilité

La jeune pousse, qui permet de créer illico presto une vitrine Web marchande,
a levé quatre millions de dollars auprès de Mangrove.

Il a fallu du temps à Zlio pour trouver le bon modèle économique. Initialement, à la création de la société fin 2005, le service proposait des blogs dans lesquels les membres pouvaient regrouper ses produits favoris, apporter des commentaires voire l’acheter. Une formule qui n’a pas vraiment convaincu. Du coup, courant 2006, le concept de Zlio évolue dans le sens : “Je monte ma propre boutique en ligne en cinq minutes”.

En coulisse, le système est plus perfectionné. Zlio fournit des templates pour monter une vitrine marchande. Celle-ci se présente sous forme de boutiques à thème (la maison du café visible sur le site de la start-up en guise de référence mais aussi les jean’s ou les mangas).

Les références produits sont fournies par une centaine de partenaires marchands. Chaque membre de Zlio a la capacité de monter son catalogue personnalisé qui sera exposé sur sa boutique en ligne. Dés qu’un visiteur se montre intéressé par un produit, il peut l’acheter.

Le gérant de la boutique Zlio n’a pas à s’occuper de la logistique ou du paiement. Car le cyber consommateur est re-routé vers des sites marchands ou des shopbots affiliés ayant accepté de mettre en avant le produit à la disposition de la boutique Zlio.

30% des boutiques génèrent vraiment des revenus

Le modèle économique devient plus facile à appréhender : il tourne autour de l’affiliation avec un système de commission entre l’équipe de Zlio et le gérant de la boutique Zlio. “Nous reversons entre 60 et 90% des commissions à nos membres avec prise en compte du taux de clic [cost per clic dit CPC] ou de l’acte de vente générée [cost per action dit CPA] “, explique Jérémie Berrebi, Net-entrepreneur dans l’âme. En 1997, il avait co-fondé le moteur d’actualité Net2One (revendu mi-2004 au spécialiste de revue de presse à destination des entreprises Presse +, après l’éclatement de la bulle Internet).

Avec Zlio nouvelle formule, Jérémie Berrebi se montre de nouveau confiant. Le service qui rôde entre le commerce électronique et l’affiliation recense 100 000 boutiques ouvertes et affiche une audience de 2,5 millions de visiteurs uniques par mois (source de l’outil d’audience non précisé). Sachant que 30% d’entre elles génèreraient vraiment du revenu. Dans une récente contribution sur son blog, Jérémie Berrebi a indiqué qu’un gérant d’une boutique était capable de gagner jusqu’à 750 dollars par mois.

D’ici la fin de l’année, le réseau de boutiques Zlio devrait s’élever à 300 000 en pariant sur une expansion internationale. Après la France, d’autres marchés sont visés comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Première levée de fonds

“L’écosystème Zlio” a attiré l’attention de Mangrove Capital Partners, basé au Luxembourg (ex-actionnaire de Skype). Ce fonds d’investissement, qui avait notamment parié sur Skype, vient d’injecter 4 millions de dollars dans la jeune pousse.

Les co-fondateurs (Jérémie Berrebi, David Levy et Jean Guetta) restent majoritaires dans le capital de la société. Un troisième actionnaire minoritaire se fait plus discret : Cellfish Media, le fer de lance de Lagardère Active dans les services mobiles.

Avec cet apport d’argent frais, Zlio compte renforcer ses équipes (onze recrutements prévus) et développer les fonctionnalités de son produit et soutenir ses efforts de R&D. L’équipe est éclatée entre New York, Paris (où se trouve le siège social de la société du nom de Centralcast), Nantes (pôle développement) et Ranana (Israël). Tandis que la plate-forme technique est hébergée au Canada.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur