z/OS, le nouveau système serveur d’IBM

Cloud

IBM a présenté son nouveau système d’exploitation pour serveurs d’entreprises, baptisé z/OS. Basé sur une architecture 64 bits, cet OS est clairement orienté e-business, avec, entre autres, des fonctions de gestion des ressources et d’analyse des comportements des clients.

En remplacement de l’OS/390, Big Blue vient de présenter z/OS, un système d’exploitation 64 bits destiné à ses machines eServer z900. Lors de la présentation, Rich Fuqua, directeur des infrastructures e-business du constructeur, a notamment indiqué qu’IBM avait inclus une fonction baptisée Intelligent Resource Director (IRD), qui permet aux entreprises de décider de quelle façon elles vont fixer leur priorités. En donnant par exemple un accès privilégié aux acheteurs en ligne et, donc, un service moins efficace aux simples visiteurs d’un site. Le système IRD doit aussi être capable de basculer les demandes de puissance de calcul entre le serveur et le réseau en fonction des priorités choisies par le client. “Nous donnons la possibilité à nos clients de configurer, de connecter, d’étendre et d’optimiser leurs ressources de calcul centrales afin de répondre au besoin principal de l’e-business qui est d’être toujours en mesure de répondre aux demandes (always on)”, explique Rich Fuqua.

Simplifier les transactions électroniques

Parmi les autres nouvelles fonctions de z/OS, on trouve Entrust Ready, qui permet de conserver les certificats numériques les plus importants dans le répertoire compatible LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) du serveur. Ce qui permet de mener à bien des transactions électroniques de bout en bout sans avoir besoin d’ajouter de matériel supplémentaire. Autre point important du z/OS, sa plus grande puissance de calcul apportée par un système de stockage sur 64 bits et un système qualifié de plus simple par IBM.

De futures améliorations devraient inclure un IRD pour Linux qui renforcera la sécurité du système et contiendra un nouveau système de détection d’intrusions. IBM et SAP ont annoncé que les applications de SAP ont déjà été configurées pour pouvoir tourner sur les mainframes IBM fonctionnant sous Linux. Sur ce mainframe, des centaines, voire des milliers de versions de Linux peuvent fonctionner de manière simultanée sur la même machine. De plus, IBM a également annoncé qu’il fournirait des capacités de data mining directement intégrées au sein de son système de base de données DB2, à la fin du mois de mars.

Analyse prédictive

Ainsi que l’a expliqué Jeff Jones, un des responsables des solutions de gestion de données chez IBM, les services d’Intelligence Miner Scoring permettent aux sociétés d’utiliser leurs données en fonction de modélisations prédictives, appliquées, par exemple, au comportement d’achat d’un client. Ce qui pourrait, par exemple, permettre à un site d’e-commerce d’analyser immédiatement ce qu’un internaute a acheté afin de prévoir les objets ou services qui pourraient l’intéresser.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur