Zynga se déleste de 18% de sa masse salariale

MobilitéRégulationsTablettes
Zynga licencie

Mark Pincus, PDG de Zynga, annonçait hier la suppression de près de 520 postes sur fond de repositionnement stratégique de l’éditeur de jeux pour smartphones et tablettes : comment ne plus dépendre de Facebook ?

“Nous disons tristement au revoir à près de 18% de nos frères et sœurs de Zynga.”

C’est sur ces mots que Mark Pincus, P-DG de Zynga, annonçait hier sur le blog de la compagnie le licenciement de 520 employés.

La firme, connue pour des jeux tels que Farmville ou Mafia Wars, ne cesse de faire parler d’elle.

Délaissée par Facebook (principal plateforme de ses jeux jusqu’à présent) en novembre 2012, puis obligée de se séparer de plusieurs de ses licences vidéo-ludiques en janvier 2013, Zynga annonce maintenant une modification de sa stratégie de développement qui coûte cher à ses employés.

“En réduisant le coût de notre structure aujourd’hui, nous allons offrir à nos équipes les moyens de prendre des risques et de développer de nouvelles expérience sociales et populaires“, déclare Mark Pincus.

Conscients de l’enjeu que représente le boum des tablettes (en France, 18% des foyers en sont déjà équipés), les studios tels que Zynga ou son concurrent Glu cherchent à redéfinir les stratégies, employées par le passé pour conquérir les réseaux sociaux.

La société californienne a d’ores et déjà entrepris de développer toute une gamme de nouveaux jeux d’argent au Royaume-Uni dédiés aux tablettes et smartphones.

Et sa version Android du jeu phare Farmville est parue il y a près d’un mois.

Après une période de forte fluctuation du cours de ses actions en bourse depuis janvier 2013, Zynga semblait enfin avoir trouvé une stabilité forte en mai.

A la suite de cette annonce, l’action Zynga a chuté de 12% à 3 dollars.

—————-

Quiz : Vous souvenez-vous d’AOL ?

————-


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur