Pour gérer vos consentements :
Categories: JuridiqueRégulations

Affaire Street View : Google évite une amende en milliards

L’affaire Street View coûtera-t-elle des milliards de dollars à Google ? Probablement pas. En tout cas aux États-Unis.

Le groupe a trouvé, sur place, un accord qui lui permettrait de se sortir à moindres frais d’un recours collectif ouvert depuis des années.
Le montant du dédommagement s’élèverait en l’occurrence à 13 millions de dollars, sous réserve de validation par la justice.

Les origines du dossier remontent à mai 2010.
Google avait reconnu avoir commis une « erreur » avec ses véhicules utilisés pour enrichir son service de cartographie.

Ces véhicules étaient censés récupérer, entre autres, des informations destinées à répertorier les points d’accès sans fil. Typiquement, des adresses MAC et des nom de réseaux (SSID).
Problème : les paquets interceptés contenaient aussi des e-mails, des historiques de navigation web, voire des mots de passe transmis en clair.

Google avait imputé cette collecte non différenciée à une « malheureuse » implantation de code conçu par ses ingénieurs. Et avait assuré n’avoir collecté que des « fragments » d’information. Non seulement parce que ses voitures étaient en mouvement, mais aussi parce que les équipements embarqués changeaient de canal Wi-Fi « environ 5 fois par seconde ».

Ouvert, mais pas public

Plusieurs plaintes déposées contre la multinationale avait été consolidées en class action. Avec un grief en particulier : la violation des lois américaines relatives aux écoutes électroniques.

Pour sa défense, Google avait notamment expliqué que les réseaux Wi-Fi ouverts constituaient une forme de communication radio ouverte au public.

La justice n’avait pas retenu cet argument, jusqu’à la Cour d’appel, en 2013. Entre-temps, les autorités américaines avaient prouvé que l’implantation du code problématique s’était faite en connaissance de cause.

Menacé de poursuites par une coalition de 38 États américains, Google avait débloqué une enveloppe de 7 millions de dollars. Et s’était engagé à détruire les données collectées tout en lançant une campagne de sensibilisation à la protection des réseaux sans fil.

Ses engagements dans le cadre de la class action sont similaires.
Les 13 millions de dollars ne dédommageraient que les dépositaires des différentes plaintes consolidées. Le reste irait à des organisations pour la protection de la vie privée.

Recent Posts

Comment passer de Skype for Business à Teams

Avec la fin imminente de la version cloud de Skype for Business, Microsoft recommande d'utiliser…

2 semaines ago

Ransomwares : les entreprises cèderaient trop facilement

Les entreprises françaises cèdent trop facilement aux menaces des ransomwares. C'est le constat partagé par…

4 semaines ago

Cloud : qui sont les leaders sur le marché français ?

Si les filiales des leaders américains se taillent la part du lion sur le marché…

1 mois ago

Communications unifiées : Microsoft garde Zoom à distance

Boostée par la pandémie de covid-19, la demande solutions de communications unifiées et collaboratives (UCC)…

1 mois ago

Digital workplace : les contours d’une nouvelle approche

Avec l'approche Managed Workplace Services (NWS), Gartner redimensionne la digital workplace en intégrant désormais l’accompagnement…

2 mois ago

Comment Free Pro s’attaque au marché des entreprises

Free Pro est lancée avec un ticket d'entrée à 49,99 € HT par mois. Zoom…

2 mois ago