Box assouplit ses outils de localisation de données : le RGPD en filigrane

Cloud
box-zones-rgpd

Box flexibilise l’offre qui permet à ses clients de choisir la localisation de leurs données. Chaque utilisateur peut désormais avoir sa zone de stockage assignée.

Souhaitez-vous que vos données soient stockées aux États-Unis, au Japon, à Singapour, en Allemagne ou en Irlande ?

Le service Box Zones offrait cette liberté de choix à son lancement voilà deux ans.

Le Canada, le Royaume-Uni et l’Australie se sont depuis lors ajoutés à la liste, grâce à des partenariats avec IBM, Microsoft et Amazon Web Services.

Les entreprises clientes de Box pouvaient jusqu’alors localiser leurs données au maximum dans une région géographique autre que les États-Unis.

Avec le RGPD en toile de fond*, l’architecture a été revue pour flexibiliser le dispositif : il devient possible d’assigner une zone de stockage à chaque utilisateur, en plus de la zone par défaut pour l’ensemble de l’organisation. L’administration s’effectue sur une même console.

box-multizones

Non rentable sur son dernier exercice fiscal (pertes stables d’une année sur l’autre, à 152 millions de dollars, sur un chiffre d’affaires en croissance de 27 % à 506 millions de dollars), Box profite de l’occasion pour mettre en avant d’autres outils « compatibles RGPD ».

KeySafe en fait partie, avec ses appliances cryptographiques éventuellement virtualisées pour permettre la gestion des clés de chiffrement. Même chose pour Box Governance, destiné à renforcer la protection des contenus sensibles, notamment en activant la demande de preuve électronique en cas de litige et en mettant en place des plannings de conservation et d’élimination de fichiers.

* S’il encadre les traitements des données, le texte n’impose pas de localisation géographique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur