e-Commerce : Carrefour choisit Google et son Assistant face à Amazon

CRME-commerceMarketingPoste de travail
carrefour-google

Carrefour choisit Google pour accélérer son activité e-commerce, notamment dans l’alimentaire, avec un fort focus sur l’expérience vocale via utilisation de l’Assistant.

La marketplace Google Express, bientôt lancée en France ?

La question se pose à l’heure où la firme américaine officialise, avec Carrefour, un partenariat dont l’un des axes porte sur le développement d’une « offre de e-commerce alimentaire ».

Le groupe de distribution entend permettre, début 2019, la commande de produits par l’intermédiaire de l’Assistant Google… et sur une « nouvelle interface de Google Shopping ».

Il est tentant de faire le lien avec le programme « Shopping Actions » lancé récemment aux États-Unis.

Google promet aux commerçants de toucher les internautes sous le signe de l’expérience « unifiée ». Avec, en l’occurrence, un seul panier et une seule facture pour l’ensemble des achats effectués via le moteur de recherche, la marketplace et l’Assistant.

Dans ce cadre, les emplacements réservés à Google Shopping dans les résultats de recherche sont exploités pour mettre en avant Google Express.

Le partenariat avec Carrefour comporte aussi une dimension innovation. Un laboratoire ouvrira cet été à Paris. Les deux groupes prévoient d’y concevoir de « nouvelles expériences consommateurs » sous le prisme de l’intelligence artificielle.

Carrefour adopte G Suite

Carrefour renforce par ailleurs sa relation commerciale avec Google, en adoptant la G Suite pour ses 160 000 collaborateurs. Ces derniers bénéficieront en outre – pour un millier d’entre eux – d’un programme de formation dans les six prochains mois.

Le partenariat est d’une dimension sans précédent en France pour Google. Mais ce n’est pas le premier signé sur place.

Des passerelles ont notamment été montées avec Monoprix* pour permettre de constituer une liste de courses sur Google Home et de passer commande. Une expérimentation est également en cours avec Fnac Darty autour d’un « concierge virtuel » qu’on interpelle en passant par l’Assistant Google.

L’exploitation de la dimension « commerce vocal » est plus avancée aux États-Unis. Entre autres avec Walmart et Target.

* Monoprix joue sur deux tableaux : l’enseigne premium du groupe Casino prévoit de proposer, cette année, ses produits alimentaires aux clients du service Amazon Prime Now à Paris et dans sa proche banlieue.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur