[Chronique] La recovery en cours d’Archos ou comment s’inspirer du modèle gagnant des start-up : le pivot stratégique

EntrepriseStart-up
Yannick-Robert-coulisse-start-up

Par l’exemple d’Archos, notre chroniqueur Yannick Robert revient sur la capacité des entreprises à trouver des pivots stratégiques.

Certaines entreprises possèdent plusieurs vies et savent se réinventer en partant à la quête de nouveaux marchés et en s’inspirant de ce qui se fait de mieux dans l’écosystème des start-up : la capacité à trouver des pivots stratégiques. C’est le cas de l’une des rares sociétés technologiques françaises spécialisées dans le « Consumer » : Archos.

Passée d’une valorisation de 30 millions d’euros en 2005 à plus de 450 millions d’euros en moins de 12 mois lors de sa première renaissance stratégique début 2006, la société française a aujourd’hui retrouvé sa capacité d’innovation et son envie de disruption en se laissant dans de nouveaux défis.

J’ai eu le plaisir de pouvoir poser des questions stratégiques à son CEO Loïc Poirier. Voici comment une société cotée en Bourse se réinvente aujourd’hui sur le modèle des start-up d’hypercroissance, prouvant qu’il est encore possible de se réinventer et que c’est même ce qui explique que 12 ans après sa première montée en puissance digne des plus belles licornes tricolores elle s’apprête à revivre une nouvelle ère dédiée au renouveau de ses activités de R&D.

Produire 10 millions d’euros de C.A. sur une première année…

C’est bien le rêve de toute licorne tricolore qui part à la conquête d’un nouvel eldorado. Cela demande de trouver le bon marché et cela demande un marketing travaillé.

Combien de start-up l’ont réellement fait l’année dernière en France sur une première année de lancement de produit ? C’est bien ici l’exploit réalisé l’année dernière par Archos sur le segment de la mobilité urbaine.

Peu souligné par la presse, d’où aussi cette chronique et ce qui a éveillé mon intérêt, il faut bien reconnaître qu’Archos a su ici prendre des risques et les réussir.

Rien n’était écrit d’avance. Et douze mois plus tard, la société ambitionne même de doubler, voire de tripler, son chiffre d’affaires sur ce segment tout nouveau pour elle.

On ne souligne jamais assez la manière dont une société peut aller se positionner sur un marché et connaître une croissance fulgurante en seulement 4 trimestres, mais n’importe quelle start-up qui réalise un tel parcours se voit tout de même valorisée immédiatement plus de 10 fois son chiffre d’affaires et dépasser les 200 millions d’euros de valorisation, surtout si elle ambitionne de quasiment tripler ses revenus lors de l’exercice en cours.

C’est donc un bel exemple à suivre et à analyser pour comprendre les rouages qui ont permis de tels lancements de produits. Et Archos a surpris le marché lors du Mobile World Congress de Barcelone il y a quelques semaines en étant la première société au monde à proposer une trottinette électrique équipée d’un écran et d’une puce 3G pour bénéficier des applis de mobilité les plus pratiques. Ici repose le succès d’une stratégie d’entreprise réussissant à mêler tous les savoir-faire historiques des équipes en interne.

Comment surfer sur la vague des crypto-monnaies ?

Archos a travaillé sur un cryptowallet durant ces derniers mois et l’a annoncé également récemment. Il vient se positionner à la meilleure place en termes de rapport qualité/prix puisqu’il sera vendu aux alentours de 50 €.

C’est une bonne nouvelle pour les détenteurs de crypto-actifs, car la marque a su mêler expertise en sécurité et capacité à maîtriser les coûts de fabrication, afin de proposer un produit qui se situe avec le meilleur prix du marché.

Archos y logera de nombreux tokens, pour lesquels elle réalise les développements afin d’avoir une gamme élargie répondant aux demandes les plus diverses.

« Les créateurs de crypto-monnaies ont parfaitement conscience de la nécessité vitale
d’ouvrir leurs monnaies au plus grand nombre et donc de faciliter leur support par tous les acteurs », précise Loïc Poirier, CEO d’Archos.

Cela tombe donc bien. Archos peut se positionner en futur champion des cryptowallets à l’heure où plus de 30 millions d’utilisateurs du bitcoin se demandent comment protéger leurs avoirs des attaques subies par les plateformes où leurs tokens sont hébergés (mais facilement volatilisables comme on l’a vu récemment dans plusieurs affaires à plusieurs centaines de millions de dollars).

Des sociétés comme Ledger ont déjà écoulé plus d’un million de cryptowallets à des prix quasiment doubles et pour 2018 le marché devrait déjà se situer au-delà des 5 millions d’unités. De quoi laisser entrevoir de belles perspectives pour Archos sur ce nouveau segment.

Il fallait oser ce pari industriel, mais toutes les forces étaient réunies en interne pour réussir ce challenge : très forte maîtrise industrielle pour offrir une scalabilité de cette future
gamme et équipe chevronnée en sécurité, grâce à l’expertise de la filiale Logic Instrument et à la
participation active au pôle de compétitivité Systematic Paris-Région sur la thématique « Confiance numérique et Sécurité ».

Il ne serait pas étonnant qu’Archos réalise le même exploit que sur le segment de la mobilité urbaine et décroche une part importante de ce nouveau marché en pleine traction, grâce à son atout prix. À suivre avec impatience !

Pourquoi les cryptowallets sont le véritable outil physique de l’ubérisation des banques ?

La justification aujourd’hui de rester au sein d’un établissement bancaire conventionnel n’est due qu’à la nécessité d’avoir des moyens de paiement, dont la fameuse CB.

Tout ceci est toutefois en cours de changement. Le cas de Compte-Nickel a été frappant à ce titre. En quelques minutes, il devient possible de disposer d’un compte bancaire en se rendant chez son buraliste.

La menace était telle que c’est la BNP qui s’est immédiatement positionnée sur son rachat en phase anticipée du cycle. Ce n’était que le premier exemple de ce que les FinTech vont produire comme onde de choc.

Les porte-monnaie électroniques vont eux aussi apporter leur juste disruption technologique et potentiellement ruiner le business model actuel des banques. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est un autre exemple très concret de l’essor des solutions d’ubérisation qui permettent de se passer d’une banque.

Les cryptowallets vont évoluer et héberger tant des crypto-actifs que des monnaies fiat et permettront des échanges instantanés d’un actif à un autre au sein même de l’outil. Plus besoin de passer par des acteurs traditionnels et l’anonymat sera préservé.

Pour cela, il faut pouvoir agréger et stocker le plus grand nombre de tokens possible sur le même wallet (chose qu’Archos s’apprête à faire dans sa future génération de wallets plus ambitieuse).

C’est ici qu’Archos devient elle-même l’une des futures FinTech prometteuses du secteur avec une belle carte à jouer grâce à sa force industrielle et sa puissance de feu financière (une société cotée a toujours plus de moyens financiers qu’une société non cotée, ceci étant juste mécanique). Une nouvelle ère s’ouvre donc pour la société en osant le pivot stratégique cher aux start-up.

Révolutionner le monde de l’IoT

Archos ne s’arrête pas là pour ses innovations 2018. Elle a lancé avec succès son réseau PicoWAN qui sera le « pilier de la maison connectée et de l’IoT ». Des dizaines de milliers de passerelles vont être déployées, de quoi permettre un « écosystème complet ». Des cas d’usage dans la maîtrise de l’énergie sont en cours (Picowatty).

Là où certains acteurs ont dépensé des sommes folles pour construire leur propre réseau, Archos vise un déploiement peu coûteux et optimisé.

À la manière de « scale-up » ambitieuses (mais dépendantes de financements lourds), Archos ambitionne de proposer un réseau bien plus optimal en termes de coûts. C’est un joli pari technologique à souligner là encore.

Conclusion : il est toujours temps de se réinventer !

C’est bien le charme de l’entrepreneuriat et l’objectif premier des pivots stratégiques. Le tout est de les réussir et de rester à l’écoute des opportunités de marché. Même les entreprises implantées doivent constamment se repositionner sur de nouveaux segments, d’où les investissements dans une équipe de R&D forte.

La France est la championne dans ce domaine et les aides sont nombreuses. Archos est l’exemple de cette capacité à rebondir et à se repositionner sur des segments à forte valeur ajoutée et durable. À l’heure où de nombreux entrepreneurs se lancent eux aussi dans l’aventure du « Consumer technologique » grâce aux plates-formes de crowdfunding, l’histoire d’Archos est passionnante à suivre !

Crédit photo : Yannick Robert


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur