Free se dit prêt à couper TF1 qui ne veut pas croire à un « effet Canal »

Réseaux

TF1 refuse de corréler la baisse de son audience à la coupure de son signal chez Canal+, à Free s’apprête à emboîter le pas.

En ce week-end de retour de vacances scolaires, il est trop tôt pour tirer des conclusions.

TF1 a tenu à faire passer le message après la baisse de ses audiences* dans la journée de vendredi.

La première chaîne de France a enregistré ses pires scores de la saison sur les journaux télévisés. À commencer par le 20 heures, qui a réuni 4,9 millions de téléspectateurs, contre 5,8 millions pour celui de France 2.

Sur la journée, sa part d’audience est tombée, selon Le Parisien, à 17,8 %, contre 20 % en moyenne sur l’année.

En toile de fond, le conflit avec Canal+, qui, la veille, avait cessé de diffuser, sur l’ensemble de ses offres, les chaînes gratuites du groupe TF1.

Près de six millions de foyers sont touchés par cette coupure intervenue après l’arrivée à échéance du contrat de distribution, non renouvelé à défaut d’accord autour de l’offre « TF1 Premium », pour laquelle la Une demande des redevances que Canal+ refuse de payer.

Rappelant n’avoir « jamais demandé à ce que ses chaînes et son service replay soient coupés », la filiale du groupe Bouygues s’est dite « scandalisée » par cette « décision unilatérale ».

« C’est le Groupe Canal + qui a substitué auprès de ses abonnés la diffusion gratuite pour vendre les chaînes du Groupe TF1 aux téléspectateurs sous forme d’abonnement. C’est à ce titre que le Groupe TF1 demande une rémunération au Groupe Canal + », a-t-elle ajouté par voie de communiqué.

Free prépare l’échéance

Du côté de Maxime Saada, on est formel : « Certes, nous risquons de perdre, mais moins que ce que nous réclame TF1. »

Soulignant que le délai d’expiration des accords de distribution a déjà été repoussé à cinq reprises, le directeur général du groupe Canal+ évoque, dans les colonnes du Figaro, un « piège ».

« TF1 veut nous entraîner jusqu’à la Coupe du monde de football en juin 2018 en Russie, car c’est la seule chaîne à la diffuser en clair. À ce moment-là, ils espèrent que nous soyons obligés de signer devant la pression de nos abonnés », explique le dirigeant.

Free salue cette décision et s’affirme prêt à faire de même au terme de son contrat, le 31 mars 2018.

L’opérateur, qui compte plus de 5 millions d’abonnés à ses offres TV, estime qu’on lui « demande de payer pour ce qui est gratuit sur Internet ». Interrogé sur la situation début février, son DG Maxime Lombardini avait déploré des discussions « au point mort » et s’était déclaré « pessimiste sur la suite ».

* Le 13 h du samedi a réuni 5,21 millions de téléspectateurs, contre 3,35 millions sur France 2 ; celui du 20 h, 4,86 millions, contre 4,9 millions pour la Deux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur