Free Mobile : une couverture “ARCEP-table”

Régulations
jean-ludovic-silicani-arcep-free-mobile-bilan-marche-mobile-oligopole

En dépit des contrariétés rencontrées dans le déploiement des antennes-relais, le réseau cellulaire de Free Mobile couvre désormais 45 à 50% de la population française.

Malgré les difficultés rencontrées au niveau local dans l’implantation d’antennes-relais, le déploiement du réseau cellulaire de Free Mobile progresse.

L’ARCEP est formelle à cet égard : avec l’infrastructure qu’il possède en propre, le nouvel entrant sur le marché de la téléphonie mobile couvre désormais 45 à 50% de la population.

Ce taux de pénétration s’élevait à 28% il y a tout juste quinze mois, le 10 janvier 2012, date du lancement commercial réussi de Free Mobile.

En respect des engagements liés à sa licence attribuée par l’ARCEP, l’opérateur devra atteindre les 75% d’ici la mi-janvier 2015, à l’heure de souffler sa 3e bougie. Et 90% à l’horizon 2018.

Pour l’heure, il s’appuie sur un contrat d’itinérance 2G – 3G avec Orange. Mais cette dépendance vis-à-vis du réseau hôte entraîne un commissionnement important qui contrarie la rentabilité du service.

A cet égard, Free Mobile s’est mis en quête de points stratégiques pour déployer ses stations de base, dont “2000 sites au cas par cas“, comme l’a souligné le président de l’ARCEP Jean-Ludovic Silicani, interrogé par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale.

La maison mère Iliad recherche un nombre équivalent de sites auprès d’acteurs institutionnels et d’acteurs des télécoms “pour accéder à leurs sites existants“.

En aparté, des contrariétés perdurent dans l’installation des antennes-relais, avec des difficultés administratives au niveau des collectivités, des bailleurs et des riverains.

Au premier chef, le débat de santé publique autour du potentiel danger de l’exposition aux ondes électromagnétiques.

La ministre Fleur Pellerin est intervenue sur ce dossier, rappelant, pour apaiser les tensions face à la montée au créneau du groupe Europe Ecologie Les Verts (EELV), qu’il n’existe actuellement “aucun consensus scientifique sur la dangerosité“.

Autre cas sensible, celui de Paris, où la situation devrait s’éclaircir après la signature d’une charte associant opérateurs mobiles et Municipalité.

Au 31 décembre 2012, l’Agence nationale des fréquences recensait, dans le cadre de son Observatoire des investissements dans les télécoms, 1779 stations de base installées par Iliad.

Free Mobile

Image 1 of 15

Free Mobile : la licence symbole de la genèse
Decembre 2009 : Le groupe Iliad-Free décroche la quatrième licence auprès de l'ARCEP

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les opérateurs mobiles ?

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur