Google dope sa régie publicitaire au machine learning

MarketingPublicité

Avec les « annonces automatiques », Google fait le pari du machine learning pour automatiser la diffusion publicitaire… sans prendre en charge les réseaux tiers.

Comment Google va-t-il gérer les réseaux publicitaires autres que le sien ?

La question s’est posée lors de la phase d’expérimentation des « annonces automatiques ».

Le groupe américain vient d’officialiser la disponibilité générale de cette fonctionnalité intégrée dans la console de gestion d’AdSense.

L’outil repose sur un algorithme qui diffuse les publicités « à des moments clés, lorsqu’elles sont susceptibles de générer de bons résultats et d’offrir une expérience utilisateur de qualité ».

Les décisions sont prises après analyse de la structure et du contenu des pages – moyennant l’insertion d’un code HTML dans l’en-tête.

Les annonces existantes sont prises en compte… uniquement si elles sont émises par Google. Les « annonces automatiques » ne sont pas ailleurs disponibles qu’en tant que fonctionnalité expérimentale pour les pages AMP.

Par défaut, l’activation vaut pour tout le site. Pour choisir les formats qui pourront être affichés sur des pages données, il faut créer un group d’URL (jusqu’à 500 possibles).

Sont concernées les bannières, les pubs natives (au sein des articles, ainsi qu’au sein des flux sur mobile, avec la possibilité d’y associer la recommandation de contenus sur les sites qui répondent à certains critères de volume de trafic) et les annonces en superposition (ancrages et vignettes).

Dans le cas où deux formats seraient en concurrence, le plus rémunérateur serait sélectionné, affirme Google, tout en précisant que la migration vers les annonces automatiques est effective pour les éditeurs qui avaient paramétré des annonces au niveau des pages.

Les retours – notamment sur les forums WebmasterWorld – d’utilisateur ayant participé à la bêta ne sont pas unanimes.

Ils sont nombreux à déplorer le manque de contrôle pour l’utilisateur, notamment sur le nombre de publicités par page, alors même que l’algorithme a tendance à être « généreux » sur ce point.

Des questions se posent aussi sur d’éventuelles conséquence en matière de référencement Web et de compatibilité avec les sites fondés sur du contenu dynamique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur