Huawei : les États-Unis desserrent l’étau

Les États-Unis vont-ils retirer Huawei de leur « liste noire » ?

Donald Trump s’est vu poser plusieurs fois la question ce 29 juin, dans le cadre du sommet du G20 à Osaka (Japon).

L’intéressé a répondu par la négative, mais a laissé entendre qu’il mettrait le sujet sur la table avec son homologue chinois Xi Jinping.

L’heure semble à l’apaisement des tensions entre les deux chefs d’État, qui ont eu l’occasion de s’entretenir lors de ce G20.

Au sortir de leur rencontre, Donald Trump a annoncé qu’il ne relèverait pas, tout du moins pour le moment, le montant des taxes sur les produits chinois.

Il a également consenti à desserrer l’étau autour de Huawei.

Des mesures déjà contournées

Depuis quelques semaines, le groupe chinois figure sur ladite « liste noire », gérée par le département américain du Commerce.
Les entités qui y sont répertoriées ne peuvent se fournir auprès d’organisations américaines, sauf autorisation expresse du gouvernement.

Huawei subit depuis lors des ruptures à divers degrés de ses relations commerciales, avec ses fournisseurs, mais aussi avec ses clients.
Ses dernières estimations font état d’un manque à gagner de 30 milliards de dollars sur la période 2019-2020.

Des entreprises américaines ont trouvé le moyen de contourner ces mesures. Certaines se sont liguées pour appeler le gouvernement à ne pas mettre sur le même plan les activités de Huawei ayant trait aux réseaux… et le reste de son business.

Donald Trump semble avoir adopté ce raisonnement. Les entreprises américaines pourront continuer à fournir des produits à Huawei, « tant qu’ils n’impliquent pas de risque important pour la sécurité nationale ».

Huawei sinon rien ?

Les déclarations du président américain suggèrent que cet assouplissement est partie intégrante des négociations avec la Chine. L’administration U.S. évoque au contraire une démarche indépendante.

À en croire le Wall Street Journal, la Chine a fait de Huawei une affaire de la plus haute importance. L’allègement des mesures à l’encontre du groupe technologique aurait été défini comme une condition sine qua non à d’éventuels accords plus larges.

Sur place, plusieurs commissions gouvernementales ont réuni les représentants de firmes américaines. Ces derniers ont été avertis des conséquences que pourrait avoir une collaboration avec l’administration américaine.

Pékin a également annoncé son intention de créer une liste d’individus et d’entités « non fiables ». Ce au sens où ils « ne suivent pas les règles du marché » et, plus globalement, « affectent sérieusement les droits et les intérêts des entreprises chinoises ».

Sur les 70 milliards de dollars que Huawei a dépensés en composants sur l’année 2018, 11 milliards sont allés à des entreprises américaines.

Photo d’illustration via Washington Post

Recent Posts

One Outlook : le plan de Microsoft pour unifier sa messagerie

Quelle forme prendra la stratégie One Outlook de Microsoft ? Un élément de réponse émerge…

1 semaine ago

Méthodes agiles : quels métiers sont les mieux rémunérés ?

Développeur, product owner ou scrum master... Quelles sont les rémunérations proposées aux professionnels des méthodes…

1 semaine ago

Certifications : gros changements chez Microsoft

Microsoft fait évoluer ses processus de certification. Le renouvellement pourra bientôt se faire en ligne,…

4 semaines ago

Cloud : qui s’impose dans les bases de données

Le segment des bases de données as a service - aussi appelées SGBD cloud managés…

1 mois ago

Flash Player : comment Adobe prépare l’extension du support

Fin 2020, c'en sera terminé du support de Flash Player... par Adobe. HARMAN reprendra le…

1 mois ago

Excel : vers une création plus simple des fonctions personnalisées

Microsoft ouvre aux bêtatesteurs d'Excel la possibilité de créer des fonctions personnalisées en utilisant le…

1 mois ago