Categories: MacPoste de travail

MacBook : à quoi ressemblent les nouvelles gammes d’Apple… sans Intel

Promesse tenue pour Apple : les premiers Mac équipés de processeurs Arm arriveront avant la fin de l’année. Leur lancement commercial est même pour bientôt : le 17 novembre.

Cela ne signifie pas que les Mac Intel disparaissent du catalogue. Ils y restent même majoritaires. Apple opère une prise de distance progressive, avec un objectif « 100 % Arm » dans un horizon de deux ans.

La transition commence avec un seul SoC, baptisé M1 et intégré dans trois gammes : MacBook Air, MacBook Pro et Mac mini.

Il n’y a que sur la première de ces gammes que les puces Intel disparaissent totalement. À l’occasion de ce renouvellement, le ticket d’entrée baisse un peu. En l’occurrence, de 70 € TTC, pour s’établir à 1 129 €. Pour ce prix, on a un MacBook Air à 8 Go de RAM, 256 Go de SSD… et un GPU légèrement bridé : Apple a désactivé un des 8 cœurs. Seule la deuxième configuration, proposée à partir de 1 399 €, y donne accès. Pour l’une et l’autre, on nous annonce « jusqu’à 18 h d’autonomie », contre 12 h sur la génération précédente.

Arm : un gros plus pour la batterie ?

Dans la famille MacBook Pro, rien ne change pour le modèle 16 pouces. Seul le 13 pouces passe sous Arm. Et partiellement. Nommément pour les configurations d’entrée de gamme, qui débutent respectivement à 1 499 € (8 Go de RAM, 256 Go de SSD) et 1 679 € (8 Go de RAM, 512 Go de SSD). Les plus onéreuses (2 129 et 2 379 €) restent en Intel (i5/i7). Elles se distinguent en particulier par la présence de quatre ports Thunderbolt, contre deux sur les versions Arm. Ces dernières ont toutefois l’avantage sur l’autonomie théorique, doublée, à 20 h.

La proximité entre MacBook Air et MacBook Pro ne se dément pas avec cette nouvelle génération : même processeur, même taille d’écran, mêmes options RAM et stockage, même connectique… La différence se fait entre autres sur :

  • capacité de la batterie (58,2 Wh pour le Pro ; 49,9 pour l’Air) ;
  • puissance de l’adaptateur secteur fourni en standard (60 W vs 31 W) ;
  • luminosité de l’écran (500 nits vs 400) ;
  • présence d’une Touch Bar sur le Pro ;
  • et refroidissement actif sur ce même Pro (pas de ventilateur dans l’Air), ce qui devrait jouer positivement sur les performances.

Les limites du SoC M1

Quant au Mac mini, la transition vers Arm commence là aussi sur l’entrée de gamme. Avec une baisse de prix assez nette pour l’occasion. La grille démarre désormais à 799 € (8 Go de RAM, 256 de SSD), avec une deuxième configuration à partir de 1 029 € (8 Go de RAM, 512 de SSD). Demeure un modèle en Core i5 à partir de 1 259 € (8 Go de RAM, 512 de SSD). Il prend en charge davantage d’écrans et l’Ethernet 10 gigabits. Et surtout, permet d’augmenter la quantité de mémoire. Ce qui est impossible sur les Mac mini Arm, celle-ci étant intégrée au SoC.

Autre limite de la puce M1 sur le volet RAM : la capacité maximale plafonne à 16 Go. C’est quatre fois moins que ce que permettent les Mac Intel. La prise en charge des GPU externes est par ailleurs absente.

Quels logiciels fonctionnent ?

Du côté des éditeurs, on est lancé dans une course contre la montre pour s’adapter à la nouvelle architecture processeur. Parmi les déclarations de ces dernières heures, on aura noté :

  • Adobe qui prévoit une version native de Lightroom pour décembre et de Photoshop pour début 2021
  • Parallels qui affirme « avoir bien avancé » sur le portage de son logiciel de virtualisation (il communique en tout cas davantage que ses concurrents)
  • Microsoft qui vient de pousser une version native expérimentale sur le canal bêta d’Office 2019 pour Mac

Apple commence pour sa part à diffuser, ce 12 novembre, macOS 11 « Big Sur ». Au-delà des Mac Arm, il est compatible avec les modèles suivants :

  • MacBook Air 2013 et ultérieurs
  • MacBook Pro fin 2013 et ultérieurs
  • Mac Mini 2014 et ultérieurs
  • iMac 2014 et ultérieurs
  • MacBook 2015 et ultérieurs
  • iMac Pro 2017 et ultérieurs
  • Mac Pro 2017 et ultérieurs

Illustrations © Apple

Recent Posts

One Outlook : le plan de Microsoft pour unifier sa messagerie

Quelle forme prendra la stratégie One Outlook de Microsoft ? Un élément de réponse émerge…

1 semaine ago

Méthodes agiles : quels métiers sont les mieux rémunérés ?

Développeur, product owner ou scrum master... Quelles sont les rémunérations proposées aux professionnels des méthodes…

1 semaine ago

Certifications : gros changements chez Microsoft

Microsoft fait évoluer ses processus de certification. Le renouvellement pourra bientôt se faire en ligne,…

4 semaines ago

Cloud : qui s’impose dans les bases de données

Le segment des bases de données as a service - aussi appelées SGBD cloud managés…

1 mois ago

Flash Player : comment Adobe prépare l’extension du support

Fin 2020, c'en sera terminé du support de Flash Player... par Adobe. HARMAN reprendra le…

1 mois ago

Excel : vers une création plus simple des fonctions personnalisées

Microsoft ouvre aux bêtatesteurs d'Excel la possibilité de créer des fonctions personnalisées en utilisant le…

1 mois ago