Pour gérer vos consentements :

MOOC : choisir la plate-forme pour se former

Marketing digital, recrutement et performance au travail : ce sont les premiers thèmes abordés par Facebook sur sa plate-forme de MOOC lancée à la mi-novembre et ouverte gratuitement à tous les détenteurs d’un compte.

La firme américaine investit prudemment ce marché estimé à un peu plus de 3 milliards de dollars en 2017 (à comparer aux 6,5 milliards des solutions Core RH et aux 8 milliards des progiciels de gestion des talents).

Autre réseau social présent sur ce créneau, LinkedIn a choisi un modèle payant, réparti entre abonnements individuels pour ses membres et offres à destination des entreprises. Des pure players comme Coursera ont la même stratégie. D’autres, à l’image de Coorpacademy, s’adressent uniquement aux entreprises, avec des systèmes de licences globales ou par utilisateur.

Qu’ils soient assurés par des enseignants free-lances ou issus de partenariats (éditeurs, universités…), les cours sont généralement organisés en « cursus » et autres « collections ». L’individualisation des parcours est un autre point commun à de nombreuses plates-formes. Ils s’inscrivent dans des expériences plus ou moins collaboratives, entre groupes thématiques, création participative de cours et correction par les pairs.

Autres constantes : l’accessibilité sur mobile – souvent avec une option hors ligne – et la possibilité de certifier les connaissances acquises. La composante « présentielle » est moins systématique, qu’il s’agisse de cartographier les compétences, d’élaborer des programmes ou d’encadrer les « décrocheurs ». Même constat pour ce qui est de l’intégration d’outils tiers (RH, CRM…).

Certains éditeurs dépassent l’approche MOOC pour toucher à la plate-forme d’apprentissage (LMS), en permettant notamment aux entreprises monétiser les formations qu’elles développent.

LinkedIn Learning : 10 000 cours en 5 langues

Avec une base revendiquée de plus de 10 000 cours et tutoriels vidéo en cinq langues dont le français, LinkedIn fait figure de poids lourd. Ses formations – assurées par des experts qui postulent auprès de la plate-forme – sont accessibles aux membres Premium (ticket d’entrée : 29,74 euros TTC par mois). Elles le sont aussi par l’intermédiaire de licences de groupe pour les équipes et les entreprises.

L’exploitation des profils LinkedIn permet une individualisation poussée des parcours d’apprentissage, selon la fonction, les compétences et le niveau d’expérience. Les cours terminés peuvent être affichés sur ce même profil.

Dans le cadre de l’offre à destination des entreprises, les administrateurs ont la possibilité de libérer et de réattribuer des licences. Ils peuvent aussi créer des cursus et intégrer l’ensemble à des LMS, avec une authentification unique. Le numérique a une forte empreinte dans le catalogue de cours, divisé en trois thématiques : business, créativité et technologie.

Chacune de ces thématiques comprend des focus sur des logiciels et propose des parcours professionnalisants : devenir manager, motion designer, spécialiste WordPress, etc.
Les utilisateurs peuvent mettre des cours en favoris, créer des collections, voir l’historique de leurs formations et suivre l’évolution de leurs compétences. LinkedIn Learning leur est accessible sur mobile (iOS, Android, sans sous-titres et transcriptions sur les vidéos) et par un portail web.

Trois exemples de cours sur LinkedIn Learning :

Coorpacademy : entre digital et management

Eyrolles, Hatier, Fabernovel, IBM, Société Générale… Coorpacademy a choisi de multiplier les partenariats pour développer sa plate-forme BtoB.

Son catalogue d’environ 700 cours regroupe des formations axées digital (e-commerce, big data, réseaux sociaux…) et management (gestion du stress, des conflits…).

Certaines sont assemblées dans des cursus : « Entreprise responsable » (4 cours), « Transformation digitale » (4 cours également) et « Passez en mode start-up » (5 cours).

La plate-forme est personnalisable aux couleurs des entreprises, qui peuvent créer leurs propres formations et les intégrer à un LMS. Elle met en oeuvre des mécanismes de « gamification » au travers de défis et de coaching entre apprenants.

Le ticket d’entrée est à 10 euros par an pour chaque utilisateur avec la formule « Enterprise lite », en marque blanche avec l’outil de création de cours. On passe à 15 euros pour accéder à de l’analytique, au format micro-learning et à une assistance à la création de cours

Trois exemples de cours sur Coorpacademy :

Coursera : vers la formation diplômante

Chez Coursera, on revendique 35 millions d’apprenants pour « plus de 2 700 cours »… essentiellement en anglais.

Les 185 partenaires annoncés évoluent essentiellement dans le monde académique. CentraleSupélec, l’EM Lyon, l’ENS, l’ESCP Europe, l’ESSEC, HEC Paris, l’Institut Mines-Télécom et Polytechnique sont sur la liste.

On trouve aussi des institutions (ONU, Unesco, MoMa…) et une brochette de groupes technologiques : Alto Networks, Atlassian, Autodesk, Cisco, Google, HubSpot, IBM, Intel, MongoDB, Palo Alto Networks, Unity, VMware et Yandex.

Au-delà des cours individuels, qui vont des sciences humaines à la physique-chimie, Coursera a mis en place 250 parcours spécialisants. Ces derniers se déroulent sur 4 à 6 mois, avec des certificats à la clé.

Le catalogue contient aussi quatre formations de 1 à 3 ans qui peuvent aboutir à l’obtention de diplômes universitaires (par exemple, « Gestion d’innovation et entrepreneuriat » avec HEC.

L’offre à destination des entreprises (en standard, 400 dollars par an pour chaque utilisateur) a une forte composante transformation numérique, entre science des données et programmation.

Coursera y associe une équipe d’experts qui peut notamment aider à estimer la « valeur marché » des compétences acquises et à assister les stratégies de formation.

Trois exemples de cours sur Coursera :

360Learning : du MOOC au LMS

Chez 360Learning, le MOOC d’entreprise n’est qu’une composante de l’offre, présentée comme une plate-forme destinée à « articuler tout type de média et format du web ».

On entre là dans la catégorie LMS, avec des outils pour créer des formations – éventuellement alimentées par les 1 800 cours disponibles – et pour les monétiser.

Une fonctionnalité d’A/B testing permet de comparer les résultats de différentes versions d’une activité pédagogique. Et de visualiser quelles étapes d’un parcours engendrent de l’abandon, de l’insatisfaction ou une baisse des scores.

Le ticket d’entrée est fixé à 8 euros TTC par mois pour chaque utilisateur ayant activé son compte. L’exploitation se fait en marque blanche, avec support et coaching.

À partir de 100 utilisateurs, on passe sur une licence Premium à 690 euros par mois (facturation annuelle) qui inclut 10 profils administrateurs et 50 Go d’espace de stockage. Ou sur une licence Entreprise à 828 euros, avec stockage et profils administrateurs illimités (+ mode hors ligne, authentification unique et intégration de solutions tierces).

La plate-forme est aussi ouverte aux éditeurs SaaS, ainsi qu’aux cabinets de conseil pour en faire la brique formation de leurs projets digitaux.

Trois exemples de cours sur 360Learning :

  • LinkedIn pour mieux vendre
  • Le management de la diversité
  • Les b.a.-ba de la comptabilité

Unow : du SPOC à l’unité

Pas d’abonnement chez Unow, mais des achats de cours « à l’acte » pour former un nombre illimité de collaborateurs.

La soixantaine de formations disponibles se répartit entre digital, management, efficacité professionnelle, RH, business, agilité, finance et gestion de projet.

Organisées en cercle restreint, elles entrent, selon la terminologie des cours en ligne, dans la catégorie SPOC (« Small private online course »). Le format classique comprend 4 modules étalés sur autant de semaine, puis 15 jours de révisions avant examen final.

Les enseignants – des professionnels en entreprise ou en poste – peuvent faire des interventions en direct. Unow propose d’y ajouter des coachs individuels pour aider au transfert des compétences en situation de travail.

Au chapitre « gamification », les formations peuvent être suivies en parallèle par plusieurs entreprises. Une fois achetées, elles sont accessibles « à vie » (hors commentaires et activités).

Trois exemples de cours sur Unow :

Crédit image : Constantin Stancin – Shutterstock.com

Recent Posts

Protection des données ( DLP) : Microsoft éteint WIP pour allumer Purview

Microsoft change son approche en matière de prévention des pertes de données (DLP). La solution…

3 semaines ago

Office 365 sur Windows 7 : le compte à rebours est lancé pour les MaJ de sécurité

La fin des mises à jour de sécurité pour les applications Office 365 sur Windows…

3 semaines ago

Assurance cyber : zoom sur les 9 chiffres clé du marché français

Comment va le marché français de l'assurance cyber ? Primes, capacités, franchises, indemnisations... Voici 9…

2 mois ago

Assurance Cyber : ce qu’il faut savoir pour signer un contrat

Marc-Henri Boydron - fondateur du courtier Cyber Cover- et Jean-François Louapre - expert du Cesin…

4 mois ago

Silicon Day Workplace : l’entreprise à l’heure du travail hybride

Silicon Day Workplace est un évènement dédié aux enjeux de la Digital Workplace. Dans un…

4 mois ago

Digital Markets Act : les nouvelles règles du jeu numérique

Le Parlement et le Conseil européens sont parvenus à concilier leurs positions pour adopter le…

5 mois ago