Opera Max : « l’app économiseur de données » tire sa révérence

Opera Max disparaît du Google Play Store après avoir fait son apparition en 2014.

Il sera possible d’exploiter encore l’app mais il n’y aura plus de mises à jour, selon la société norvégienne à l’origine d’Opera Max mais davantage connue pour son navigateur Internet.

L’app permettait aux utilisateurs de compresser les données des apps mobiles via un système de proxy vers les serveurs de la société.  En fait, il s’agissait d’une déclinaison en app du mode Off-Road (ou Turbo) de son browser.

Avantage d’Opera Max : il agissait comme un « proxy » placé au niveau du système d’exploitation du terminal. Ce qui permettait d’avoir un impact sur la consommation data des navigateurs. Mais aussi sur celle de l’ensemble des applications installées sur le terminal mobile de l’utilisateur.

Opera Software l’a ensuite enrichie de fonctionnalités supplémentaires en 2016, dont un mode privé destiné à bloquer les trackers de publicité ainsi que d’autres connexions indésirables.

La toute dernière version majeure remonte à mai 2017. On signale une dernière mise à jour survenue le mois dernier (version 3.0).

Avec l’arrêt d’Opera Max, le groupe tente visiblement de consolider son offre de navigateur Internet, selon une contribution de blog d’Opera Software en date du 14  août.

« Le produit avait une proposition de valeur sensiblement différente de celle de nos produits de navigateur et représentait une orientation différente pour Opera. Nous nous concentrons donc sur nos navigateurs et les autres services à venir.  »

« L’économiseur de données » avait probablement ses adeptes qui devront opter pour une alternative. Notons l’existence de DataEye, une application qui fonctionne de manière similaire pour réduire la quantité de données que vous utilisez.

De son côté, Onavo offre une application appelée «Protect» qui est une combinaison VPN et économiseur de données, à l’instar de feu Opera Max.

Google explore aussi depuis 2013 la compression des données sur la base d’outils ouverts et open source tels que la librairie PageSpeed pour traiter les pages Internet, WebP pour la recompression des images et le protocole SPDY (couplé à gzip) pour le transfert des données.

La firme de Mountain View teste par ailleurs l’app Triangle du côté des Philippines pour l’heure uniquement. Là encore, on parle d’une app Android de type économiseur de données.

(Crédit photo : kentoh – Shutterstock.com)

Recent Posts

Comment l’ascenseur mène sa révolution numérique

L’ascenseur n’est plus un équipement isolé et indépendant : connecté, augmenté, il devient « la colonne vertébrale…

1 semaine ago

MacBook : à quoi ressemblent les nouvelles gammes d’Apple… sans Intel

Apple lance ses premiers MacBook Air, MacBook Pro et Mac mini avec des processeurs Arm.…

1 semaine ago

Microsoft 365 : comment fonctionne le « score de productivité » ?

En test depuis plus d'un an sur sa suite bureautique cloud, le « score de…

3 semaines ago

Excel accélère sur les types de données personnalisés

Microsoft ouvre à une partie des utilisateurs d'Excel la possibilité de définir des types de…

4 semaines ago

Navigateur : comment Edge va remplacer Internet Explorer

Microsoft commence une expérimentation pour remplacer progressivement Internet Explorer par Edge. Ce basculement automatique ne…

4 semaines ago

Chrome OS accélère la virtualisation de Windows sur les Chromebook Enterprise

À l'approche du Chrome OS Demo Day, Google met en lumière des outils destinés à…

1 mois ago