Opera lance son service de VPN gratuit et illimité sur Android

En mai, Opera Software lançait un service de VPN (Virtual Private Network) gratuit et illimité pour iOS, après l’avoir intégré nativement dans son propre navigateur Internet.

Au tour du Google Play Store d’Android d’accueillir l’application de réseau virtuel privé de l’éditeur du browser d’origine norvégienne (qui serait en cours d’acquisition par le fonds chinois Golden Brick).

La fonctionnalité de VPN qu’Opera a intégrée dans son navigateur Internet (mouture bureau) et dans les apps iOS et Android reposent largement sur la technologie de SurfEasy, du nom d’une société rachetée en mars 2015. Celle-ci propose un client VPN sous forme d’extension freemium pour le navigateur Opera.

Sous la bienveillance de la mascotte Olaf associée à son client VPN, l’application permet de changer virtuellement de localisation géographique avec un choix de plusieurs pays, avec l’adresse IP idoine (choix parmi les États-Unis, le Canada, l’Allemagne, Singapour et les Pays-Bas). Cela permet d’accéder à des sites Web géolocalisés. Pratique pour exploiter des services vidéo comme Hulu (impossibilité d’y accéder depuis la France).

Non seulement l’app permet de créer un tunnel sécurisé entre le mobinaute et les serveurs VPN de SurfEasy mais, en plus, elle se charge d’effacer les cookies liés à la publicité.

Autre fonction intégrée : un outil de diagnostic permet de scanner le réseau Wi-Fi auquel vous êtes connecté. En cas de détection de la moindre faiblesse, le recours au VPN est alors préconisé. En effet, l’usage d’un VPN lors d’un accès à un réseau Wi-Fi public est un gage de sécurité (contre des pratiques frauduleuse de data-sniffing ou comment capturer des données à l’insu de l’utilisateur). Une échelle de la sécurité du réseau – entre « A » et « F » dans un effort de simplification – a été établie.

Le client VPN d’ Opera n’est pas le premier à poindre sur Android. Mais il se distingue par sa gratuité et son aspect illimité, alors que la plupart des autres solutions nécessitent de payer pour déverrouiller l’accès illimité.

Pour l’éditeur norvégien, tout cela va dans le sens de la protection de la vie privée.

Quant au business model d’Opera, la société ne cache pas qu’elle collecte « les données anonymes sur la façon dont les gens utilisent leur terminaux mobiles » afin de les vendre à des prestataires tiers.

Opera trouve également une monétisation de cette application grâce à la publicité. Plutôt ironique puisque l’application permet de bloquer les « ad trackers » (cookies).

(Crédit photo : @Opera)

Recent Posts

One Outlook : le plan de Microsoft pour unifier sa messagerie

Quelle forme prendra la stratégie One Outlook de Microsoft ? Un élément de réponse émerge…

1 semaine ago

Méthodes agiles : quels métiers sont les mieux rémunérés ?

Développeur, product owner ou scrum master... Quelles sont les rémunérations proposées aux professionnels des méthodes…

1 semaine ago

Certifications : gros changements chez Microsoft

Microsoft fait évoluer ses processus de certification. Le renouvellement pourra bientôt se faire en ligne,…

4 semaines ago

Cloud : qui s’impose dans les bases de données

Le segment des bases de données as a service - aussi appelées SGBD cloud managés…

1 mois ago

Flash Player : comment Adobe prépare l’extension du support

Fin 2020, c'en sera terminé du support de Flash Player... par Adobe. HARMAN reprendra le…

1 mois ago

Excel : vers une création plus simple des fonctions personnalisées

Microsoft ouvre aux bêtatesteurs d'Excel la possibilité de créer des fonctions personnalisées en utilisant le…

1 mois ago