SGBD : MySQL peaufine Falcon, son nouveau moteur transactionnel

Cloud

De passage à Paris, Robin Schumacher – responsable du développement produit de MySQL – présente les évolutions de la base de données open source.

Présent à Paris pour une conférence utilisateurs – qui a réuni une centaine d’invités -, Robin Schumacher, le responsable du développement produit de MySQL, explique que le moteur transactionnel Falcon a déjà été intégré à la version 6 du serveur de bases de données relationnelles, qui peut actuellement être testé en « alpha » et devrait sortir en « bêta » d’ici la fin de l’année.

On se souvient de l’émoi qu’avait suscité en 2005 l’entrée dans le giron d’Oracle d’InnoDB, le moteur transactionnel « historique » de la base de données open source MySQL. Quelques mois plus tard, MySQL s’était empressé d’inviter ses partenaires à créer de nouveaux moteurs de stockage en remplacement. L’éditeur avait par ailleurs rallié à sa cause Jim Starkey, le créateur d’Interbase, un autre moteur de stockage transactionnel.

Falcon, le nouveau moteur transactionnel issu de ces initiatives, est en bonne voie. Il devrait être généralisé à tous les produits MySQL d’ici fin 2008, d’après Robin Schumacher.

Sauvegarde et réplication

Selon lui, la V6 offre également de nouvelles fonctionnalités de sauvegarde à distance, permettant notamment de « sauvegarder la base de données pendant son utilisation ». Les utilisateurs employaient jusqu’ici des applications de stockage tierces comme celles de NetApp ou d’EMC, explique-t-il, tout en estimant que sa firme n’entrera pas pour autant en concurrence avec eux.

Elle bénéficie aussi de nouveaux outils de réplication – synchrones ou semi-synchrones – pour copier à distance les données. Ces applications figurent au rang « des applications préférées des utilisateurs », se réjouit-il.

Discrétion sur les « binaires »

Voilà pour les produits. Les dirigeants du groupe se sont montrés beaucoup plus « évasifs » sur les aspects commerciaux. Notamment sur la polémique liée à la décision de réserver les « binaires » de l’édition « Enterprise » aux seuls abonnés au support (ces binaires permettent d’installer plus rapidement l’application). Ou sur le mécontentement de certains utilisateurs ayant trait à l’intégration plus rapide de code dans l’édition « Community », qui peut être téléchargée librement.

« Nous n’avons pas été assez clairs et nous avons dû clarifier les messages », explique Bertrand Matthelié, directeur marketing EMEA de MySQL. « Bien que séduisante l’introduction de nouveau code dans la version communautaire a créé un peu d’instabilité » et MySQL intègre en conséquence aujourd’hui les nouveautés dans « des versions alpha et potentiellement bêta », conclut-il.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur