Sondage : Les Français plutôt remontés contre la publicité sur Internet

MarketingPublicitéRégulations
Facebook publicité vidéo

La publicité sur Internet a une mauvaise image auprès des internautes en France, selon une étude IFOP/Adyoulike. Même s’il faut nuancer les reproches à son encontre.

Pour une majorité des Français, la publicité sur Internet est une “mauvaise chose”.

C’est ce qui ressort d’un sondage effectué par l’IFOP pour le compte de la régie Adyoulike* spécialisés dans les captchas sponsorisés sur le thème : “Les Français et la publicité sur Internet” (voir Slideshare ci-dessous).

Pour 64% des réponses totales, c’est une “mauvaise chose”. Et, dans 36%, c’est plutôt perçu comme une “bonne chose”.

“Omniprésente”, “fait perdre du temps”, “intrusive”, “stressante” : les qualificatifs ne manquent pas pour décrier ce qui est considéré comme une invasion publicitaire.

Pire encore, “plus de 80% des personnes interrogées ne la trouvent même pas distrayante !”, fait remarquer Julien Verdier, CEO de Adyoulike.

A travers la publicité, les internautes cherchent une “information intéressante”, “avec un contenu de qualité”, “que l’on retient”…

Parmi les formats publicitaires les plus populaires, la bannière se distingue (38%), suivi des liens sponsorisés (23%) puis des “publicités insérés dans les articles” (19%).

Autre enseignement : 88% des personnes ayant répondu à l’enquête veulent mieux contrôler le flot publicitaire.

Preuve qu’une majorité de Français ne maîtrise pas encore bien les rouages du ciblage publicitaire : 55% des sondés sont favorables à davantage de personnalisation des contenus publicitaires, mais 85% ne souhaitent pas que les sites Internet utilisent leurs données personnelles – même anonymisées – à cette fin.

A ce sujet, Eric Clemenceau, directeur général France de Rocket Fuel, fournisseur de solutions innovantes pour les annonceurs sur le digital, essaie de rassurer : “A l’heure du big data, il faut tout d’abord se rappeler que les données sont des éléments binaires, des 0 et des 1, rien de personnel. Leur contenu n’est pas scruté par des yeux indiscrets mais analysé par des machines.”

Mais, explique-t-il, “si les internautes reçoivent un trop grand nombre de publicités, c’est que les outils actuels les ciblent encore et encore sans exploiter correctement les résultats.”

D’après le spécialiste, “il existe pourtant aujourd’hui des technologies intelligentes qui, alliées au big data, à l’intelligence artificielle et à la programmatique sont la clé pour des publicités très ciblées et donc pertinentes pour les internautes, les sites et les annonceurs.”

Optimiste, il l’assure : “De nouvelles technologies beaucoup plus performantes non seulement en termes de retargeting mais aussi d’optimisation, vont amener les mentalités à évoluer”.

*Echantillon IFOP de 1000 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus. Sondage menée du 29 au 31 mai 2013 par questionnaire auto-administré en ligne.

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur