ITespresso.fr

Supermood : une levée de fonds RH dans la famille 50 Partners

« On n’engage pas du tout un développeur comme on engage un commercial ».

Ce postulat a constitué l’une des lignes directrices du pitch réalisé la semaine passée par Kévin Bourgeois dans le cadre de la conférence annuelle de 50 Partners.

L’intéressé présentait la société Sentimy, dont il est président et cofondateur.

La SAS communique plus volontiers sous la marque Supermood, donnée à sa plate-forme SaaS destinée à mesurer l’engagement des collaborateurs en entreprise par le biais de mini-questionnaires.

« On a deux partenaires, 50 Partners et Alven, avec qui on a levé récemment quelques millions », avait glissé Kévin Bourgeois entre deux références à l’algorithme qui porte ladite plate-forme.

Le montant de l’opération vient d’être dévoilé : 2,5 millions d’euros. Francis Nappez, CTO de BlaBlaCar et associé à 50 Partners, y a participé.

Pour Kévin Bourgeois, l’aventure Sentimy avait démarré en 2013, en tandem avec Robin Nicollet.

Ce dernier, directeur général, se consacre véritablement au projet depuis 2015, année où la start-up, avait commencé à se spécialiser sur la verticale RH après avoir dédié son activité aux sondages en ligne sous l’angle de la relation entre l’enquêteur et les répondants.

Des fleurs pour les collègues

L’histoire de la jeune pousse s’est écrite entre Numa, 50 Partners et l’Immowell-Lab – qui accompagne les projets dans le domaine du « bien-être par l’immobilier ».

Son offre se divise aujourd’hui en trois briques. Les mini-sondages – qui « ne durent jamais plus d’une minute » – en sont la principale.

Tirés d’une bibliothèque de 150 questions « réalisées par un psychologue du travail » qui peut intervenir ultérieurement pour aider à interpréter les résultats, ils sont typiquement soumis à fréquence hebdomadaire.

Revendiquant un taux de réponse de 80 % « stable depuis deux ans et demi », Supermood met en avant sa  capacité d’analyse sémantique des suggestions que les collaborateurs font remonter.

Chaque mois, ces derniers sont classés en trois catégories (ambassadeurs, passifs, non-ambassadeurs), avec la possibilité de comparer l’engagement sur différents critères : managers vs. non-managers, équipes terrain vs équipes au siège…

Ils ont par ailleurs la possibilité, une fois par semaine, d’attribuer une « reconnaissance » à un collègue de leur choix.

AXA, Engie, Société Générale et Total font partie des entreprises utilisatrices du service, facturé, selon Les Échos, de 1 à 4 euros par mois et par utilisateur, pour un engagement d’un an minimum.

La levée de fonds accompagnera notamment une phase de recrutements. Plusieurs annonces de postes viennent d’être mises à jour pour un RH, un commercial et un responsable produit.

Photo via Visualhunt