Pour gérer vos consentements :

Twilio : une IPO à 150 millions de dollars sur fond de hackathon

Ce jeudi, c’est session code à Wall Street.

À l’occasion de son introduction sur le NYSE, Twilio organise, dans les locaux de la Bourse, un « mini-hackathon » avec trois développeurs.

Leah Culver (Dropbox), Rob Spectre (Boxee) et David Huerta (spécialiste FinTech), auront pour défi de programmer un maximum d’applications à partir de l’API Twilio. L’événement sera retransmis en direct sur Twitch.

Sur le volet financier, l’éditeur américain vise une cotation sous le symbole TWLO. Il émettra 10 millions d’actions pour un prix unitaire de 15 dollars*, ce qui devrait lui permettre de lever 150 millions de dollars.

La levée de fonds pourrait s’établir à 172,5 millions de dollars en cas d’exercice de l’option de surallocation sur 1 500 000 titres de classe A.

L’opération valoriserait Twilio à environ 1,2 milliard de dollars, contre le milliard affiché depuis le dernier tour de table de 130 millions d’euros (« Series E ») emmené par T. Rowe Price.

L’entreprise américaine de gestion d’actifs a publiquement annoncé son intention d’acquérir 15 % des actions émises dans le cadre de cette IPO. Il faudra surveiller la stratégie de Bessemer Venture Partners, actionnaire principal à hauteur de 28,5 % du capital, selon les derniers documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC, gendarme des marchés boursiers aux États-Unis).

Au bout du fil

Fondé en 2008 par Jeff Lawson (CEO), Evan Cooke et John Woltuis, Twilio est basé à San Francisco, avec une présence à Londres, New York, Munich, Dublin, Hong Kong, Singapour, Tallinn, Bogotá et Mountain View.

Son offre consiste en une API de service Web de téléphonie qui permet d’intégrer des fonctionnalités vocales, vidéo et SMS aux applications, tout en prenant en charge l’authentification et la gestion des identités – une brique issue pour partie du rachat d’Authy, pour 6,1 millions de dollars en mars 2015.

Ces solutions sont par exemple utilisées par Uber pour permettre aux chauffeurs et aux passagers de communiquer sans avoir à échanger leurs informations de contact.

Sur son exercice 2015, Twilio n’est pas rentable : 35,5 millions de dollars de pertes sur un chiffre d’affaires de 166,9 millions de dollars réalisé pour 85 % aux États-Unis… et presque doublé d’une année sur l’autre (88,8 millions de dollars en 2014). Pour faire valoir la pertinence de son modèle, l’éditeur souligne notamment ses dépenses marketing limitées (45 millions de dollars en 2015).

Viuz, qui a décortiqué le dossier d’IPO, relève, au 31 mars 2016, une base de 28 600 clients actifs (ayant dépensé au moins 5 dollars sur le dernier mois de la période considérée) pour 567 employés et 900 000 développeurs enregistrés.

* Il était, il y a encore quelques jours, question d’une introduction dans la fourchette de 12 à 14 dollars. Début juin, on parlait de 10 millions de titres émis à 10 dollars l’unité.

Crédit photo : Joseph Sohm – Shutterstock.com

Recent Posts

Assurance cyber : zoom sur les 9 chiffres clé du marché français

Comment va le marché français de l'assurance cyber ? Primes, capacités, franchises, indemnisations... voici les…

5 jours ago

Assurance Cyber : ce qu’il faut savoir pour signer un contrat

Marc-Henri Boydron - fondateur du courtier Cyber Cover- et Jean-François Louapre - expert du Cesin…

2 mois ago

Silicon Day Workplace : l’entreprise à l’heure du travail hybride

Silicon Day Workplace est un évènement dédié aux enjeux de la Digital Workplace. Dans un…

2 mois ago

Digital Markets Act : les nouvelles règles du jeu numérique

Le Parlement et Conseil européens sont parvenus à concilier leurs positions pour adopter le Digital…

3 mois ago

Logiciels : quelles sont les priorités des PME ?

Quelles sont les priorités d'achat de logiciels d'entreprises de taille moyenne ? La question a…

3 mois ago

Teams : comment Microsoft veut réduire son impact environnemental

Microsoft veut réduire l'empreinte énergétique de Teams. Petit aperçu des bonnes démarches pour y parvenir.

5 mois ago