Pour gérer vos consentements :

Windows 11 : ce qui change pour la migration depuis Windows 10

Une version de Windows qui arrive en fin de vie moins de deux ans après son lancement ? Ce n’est plus une exception depuis que Microsoft distribue l’OS « en tant que service ».

La démarche a pris corps sous l’ère Windows 10. Ce dernier, comme ses prédécesseurs, a une date de fin de vie. En l’occurrence, le 14 octobre 2025. Mais ses updates semestriels en ont aussi une.

Ces mises à jour dites « de qualité » apportent des améliorations fonctionnelles. Elles complètent les mises à jour mensuelles « de sécurité ». Depuis 2018, leur calendrier de maintenance est le suivant :
– 18 mois à compter de la date de sortie pour les versions « printanières » (censées sortir en mars)
– 30 mois pour les « automnales » sur Windows 10 Entreprise, Éducation et Entreprise IoT ; 18 mois sur les éditions Pro, Pro pour stations de travail, Famille et IoT Core

Windows 11 : une seule mise à jour annuelle

Avec Windows 11, on est passé sur une seule mise à jour fonctionnelle par an. Avec une durée de vie de 24 mois (Pro, Pro Éducation, Pro pour stations de travail, Famille) ou 36 mois (Entreprise, Éducation, IoT Entreprise).

La prochaine version à arriver en fin de vie sera Windows 10 2004 (mise à jour de mai 2020). Ce sera le 14 décembre 2021. À partir de là, on ne pourra plus bénéficier de nouvelles fonctionnalités… ni de correctifs. Destination recommandée : Windows 11… ou Windows 10 21H1* (mise à jour du 1er semestre 2021). Cette dernière est passée début novembre en phase de déploiement global – c’est-à-dire qu’elle est proposée sur Windows Update pour tous les appareils compatibles.

L’échéance suivante est à mai 2022. C’en sera fini du support de Windows 10 1909 et 20H2. La 21H1 vivra elle jusqu’en décembre, etc.

Pour qui a besoin de davantage de stabilité, il y a le canal LTSC (maintenance de long terme). Les mises à jour de fonctionnalités n’y interviennent que tous les 2 à 3 ans en moyenne. Un rythme plus proche de celui en vigueur jusqu’à Windows 8.1 à travers les service packs.

* Faut-il attendre, si on en a la possibilité, Windows 10 21H2 ? Cette version apportera notamment un nouveau menu Démarrer, des fonctionnalités supplémentaires pour le multitâche ou encore l’API DirectStorage. Hors correctifs de sécurité, Windows 10 21H1  est moins riche en nouveautés.

Illustration principale © Microsoft

Recent Posts

Low-code : comment choisir une plate-forme

L'approche low code (LCAP) prend de l'ampleur pour accompagner les projets de transformation numérIque. Pas…

1 jour ago

Salesforce et le MFA : comment ça marche ?

A compter du 1er février 2022, Salesforce déploie l'authentification multifacteur qui sera une nouvelle obligation…

6 jours ago

Microsoft Teams : du compte pro au compte perso

Microsoft généralise une première passerelle entre les comptes personnels et les comptes d'entreprise de Teams.…

6 jours ago

Android-Windows : Google veut aller plus loin

Google déploie son programme « Better together » à Windows pour accélérer la continuité avec…

1 semaine ago

Microsoft Pluton : ça change quoi pour la sécurité des PC ?

Expérimenté sur la console Xbox One, le sous-système de sécurité Pluton va se déployer sur…

2 semaines ago

Teams : comment fonctionne la fonction « chiffrement »

Microsoft vient d'officialiser la disponibilité générale du chiffrement sur Teams pour renforcer la sécurité des…

4 semaines ago