WWDC 2018 : Apple n’a pas loupé Facebook sur le terrain de la vie privée

MacPoste de travailSécuritéSystèmes d'exploitation
apple-ios-mac-os-vie-privee

Apple n’a pas manqué de faire référence à Facebook lors du passage en revue des améliorations qu’iOS 12 et macOS 10.14 apportent en matière de vie privée.

Attendu sur le terrain de la vie privée, Apple a répondu présent lors de la plénière d’ouverture de la WWDC.

La firme a consacré quelques minutes aux nouveautés qu’iOS 12 et macOS 10.14 « Mojave » incluront sur ce volet.

Facebook n’a pas été épargné. Ses « modules sociaux » placés sur les sites web ont été pris en exemple pour faire la démonstration d’une amélioration apportée à l’Intelligent Tracking Protection.

Lancée à la WWDC 2017, cette technologie est destinée à limiter la capacité desdits « modules sociaux » à collecter des données sur les internautes. Ces derniers seront désormais systématiquement avertis et auront le choix de bloquer la transmission d’informations.

Alex Stamos n’a pas manqué de réagir à cette annonce. Le directeur technique de Facebook craint que la démarche soit orientée contre le réseau social. Il suggère à Apple un traitement « équitable » des scripts, pixels et autres dispositifs de suivi à l’échelle du Web.

stamos-itp

Brouiller les pistes

Apple s’intéresse aussi au « fingerprinting » ou « prise d’empreinte ».

Cette méthode est exploitée comme une alternative aux cookies pour « rattraper » ceux qui cherchent à fuir l’exposition à la publicité. Elle s’appuie sur des données de configuration transmises lors de la connexion aux sites web. Typiquement, le système d’exploitation, le hardware ou encore les polices installées.

Apple promet de ne communiquer, sous Safari, que les paramètres généraux du système et les polices installées par défaut. L’information sur les plugins obsolètes ne sera par ailleurs plus transférée.

Il y a également du nouveau dans la gestion des permissions accordées aux applications. macOS 10.14 permettra de contrôler l’accès au micro, à la caméra, ainsi qu’à diverses données comme l’historique de la messagerie instantanée et les sauvegardes Time Machine.

Un gestionnaire de mots de passe fait par ailleurs son apparition. Il peut se connecter aux gestionnaires tiers, partager des mots de passe dans le voisinage réseau et remplir automatiquement ceux à usage unique créés pour l’authentification forte.

La bêta d’iOS 12 propose en outre un mode « USB restreint » qui oblige à déverrouiller un iPhone pour y connecter un périphérique. La fonction était apparue avec iOS 11.3, mais n’a jusqu’alors pas été intégrée en version finale.

Ce qui change avec la bêta d’iOS 12, c’est le laps de temps pendant lequel il reste possible de connecter un périphérique. D’une semaine, il passe à une heure. Ce qui risque de compliquer le travail de forces de l’ordre qui s’appuieraient sur des techniques comme celle de la firme israélienne Cellebrite, médiatisée dans le dossier San Bernardino.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur