YouTube refuse d’être  » le censeur du web »

Mobilité

La plate-forme de partage de vidéos ne souhaite pas instaurer un système de pré-visionnage de ses vidéos.

Après le drame du 7 novembre, journée au cours de laquelle un étudiant Finlandais avait tué huit personnes en annonçant son acte dans une vidéo postée sur YouTube, la plate-forme de stockage et de partages de vidéos est sous pression. Des voix s’élèvent en effet pour demander à ce qu’une coopération s’instaure vraiment entre YouTube et la police afin de prévenir ce type d’actions criminelles.

Les vidéos postées par Pekka-Eric Auvinen, le jeune Finlandais auteur du massacre, ont été retirées du site quelques heures après le drame. On pouvait y voir le jeune homme de 18 ans, posant avec son arme et décrivant ses plans. Un cas qui rappelle celui de Virginia Tech : un étudiant coréen avait également annoncé ses intentions criminelles dans une vidéo qu’il avait envoyée à une chaîne de télévision américaine.

Mais Google, propriétaire de YouTube, a déclaré que l’instauration d’un système de contrôle a priori n’était pas à l’ordre du jour. « D’un point de vue logistique, nous ne pouvons pas tout pré-visionner », a déclaré Peter Fleischer, le responsable de la protection des données personnelles chez Google Europe, au journal britannique The Guardian. « Nous ne souhaitons pas devenir les censeurs du Web », a-t-il également ajouté.

« Si on se trouve face à un cas de pornographie infantile, nous avertissons immédiatement les autorités. Dans le cas d’une vidéo qui contient un discours appelant à la haine raciale et à la discrimination, nous fermons le compte de l’utilisateur », souligne Peter Fleischer.

Sept heures de vidéos mises en ligne chaque minute

YouTube ferait face à un défi technique réel, si jamais l’entreprise décidait de mettre en place d’un système de pré-visionnage exhaustif de ses vidéos. Car, actuellement, l’équivalent de sept heures de vidéos sont mises en ligne chaque minute sur la plate-forme. Un véritable maëlström d’extraits vidéo.

Le système jusque-là en vigueur chez YouTube est un système d’auto-régulation : celui d’une surveillance par les utilisateurs même du site. Les modérateurs n’interviennent qu’en second lieu, après avoir été alertés par un « flag » (drapeau en anglais).

Les vidéos susceptibles de recevoir un « flag » sont essentiellement celles contenant des éléments pornographiques, « choquants »,« incitant à la violence », ou « révélant des informations personnelles », explique YouTube.

Flagging amélioré

Suivant le même principe de contenu produit et géré par les utilisateurs, le site a toutefois récemment annoncé quelques améliorations dans son « système de flagging ».

Coïncidant presque jour pour jour avec le sanglant fait divers côté Finlande, YouTube a expliqué vouloir « rendre le système de flag vidéo plus cohérent, juste et moins mystérieux ». YouTube a élargi sa palette de catégories générales, y a ajouté 17 sous-catégories, ainsi que la possibilité d’indiquer le time-code de la vidéo posant problème afin d’obtenir une requête plus détaillée et plus facile à traiter pour YouTube.

Par exemple, dans la catégorie « atteinte à mes droits », l’utilisateur peut préciser la nature du contentieux (« atteinte à mes droits d’auteur », « invasion de ma vie privée » et « dévoile mes informations personnelles »).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur