Pour gérer vos consentements :
Categories: Régulations

Numérique : l’axe franco-allemand, incubateur de champions européens ?

Comment faire émerger des champions européens du numérique ?

Cette question était posée dans le cadre d’une consultation publique menée par l’Institut G9+ avec Roland Berger, Croissance, Make.org et Bpifrance.

La synthèse des contributions (40 000 participations, 70 000 votes, 500 propositions) pose la coopération franco-allemande comme pilier d’un système d’innovation qui puisse s’imposer face à la Chine et aux États-Unis.

L’un des marqueurs de cette coopération résiderait en un fonds public d’investissement dans la tech. Il agirait dans une logique globale de souveraineté, afin de protéger les « pépites » d’éventuels rachats étrangers.

De la consultation ressortent aussi des pistes d’initiatives transfrontalières dans le domaine de la formation et du partage des connaissances. Notamment un forum entre étudiants et professionnels du numérique, destiné à faciliter les échanges en physique et à distance. Celui-ci s’inscrirait dans la lignée de la plate-forme Écoles-Entreprises.

Culture commune

Émerge également, parmi les propositions, l’idée d’un accélérateur de projets technologiques franco-allemand. Il pourrait s’assortir d’un « Pass EuroTech », label voué à accélérer le développement européen des start-up.

Dans l’immédiat, le visa French Tech, dont la mise en place est prévue le 1er mars 2019, devra favoriser le recrutement au sein des scale-up. Il consiste en un élargissement du French Tech Visa (annoncé en juin 2017), lui-même destiné à adapter au secteur de la tech le Passeport Talents, titre de séjour pour les travailleurs étrangers.

Pour insuffler cette dynamique, il s’agira de faire de l’Europe « un terrain de jeu favorable », au travers de mesures sociales et fiscales incitatives. Il est question, entre autres, d’une réglementation unifiée autour d’un statut européen d’entreprise et d’une priorisation de « l’achat européen » pour le secteur public.

En toile de fond, la création d’un « modèle de société », d’une « culture commune à l’ère du numérique », avec une sensibilité particulière sur la question des données personnelles.

Un objectif qui implique une formation continue, dès le plus jeune âge. En France, il se matérialisera par des cours pour les élèves de seconde (2 h par semaine) et une option informatique en première et terminale (6 h par semaine).

Photo d’illustration © European Parliament viaVisualHunt / CC BY-NC-ND

Recent Posts

IA et RGPD : sont-ils compatibles ?

Quelle part d’incertitude faut-il accepter dans la mise en conformité des IA avec le RGPD…

1 jour ago

Windows 10 : quel coût pour le support étendu ?

Microsoft a dévoilé les prix des mises à jour de sécurité étendues pour Windows 10.…

1 semaine ago

Cybersécurité : la plan de Docaposte pour convaincre les PME

Docaposte a sélectionné une douzaine de spécialistes français pour créer un Pack cybersécurité spécialement étudié…

2 semaines ago

Surface Pro 10 : plus autonome et un peu plus réparable

La Surface Pro 10 sera disponible le 9 avril en France. Passage en revue de…

2 semaines ago

Office 2024 : ce qu’on sait de la prochaine version

Que réserve Office 2024 ? Une première version de test officielle sera disponible en avril.…

3 semaines ago

Microsoft Teams : comment fonctionne le double usage « pro-perso »

Microsoft Teams évolue dans une version « unifiée » qui permet de combiner les usages…

4 semaines ago