Pour gérer vos consentements :
Categories: RéseauxSécurité

Sécurité Bluetooth : comment est votre clé de chiffrement ?

Utilisateurs d’appareils Bluetooth, assurez-vous de bien installer les mises à jour que proposent les fabricants.

Le Bluetooth SIG (organisme qui supervise l’élaboration des normes Bluetooth) émet cette recommandation dans une alerte de sécurité publiée la semaine dernière.

L’alerte en question est relative à la faille CVE-2019-9506, sur laquelle des chercheurs de l’université d’Oxford sont revenus récemment lors d’une conférence USENIX.

La vulnérabilité affecte l’implémentation « traditionnelle » du Bluetooth : le BR / EDR (Basic Rate / Enhanced Data Rate), aussi appelé Bluetooth Classic.
Elle peut permettre d’affaiblir le niveau de sécurité des connexions entre appareils.

Ces connexions sont protégées par des clés de chiffrement.
La longueur des clés, exprimée en octets, est négociée « au vol », au niveau des puces Bluetooth intégrées aux appareils.

Ni chiffrée, ni authentifiée, la procédure est invisible tant pour les utilisateurs que pour les applications.
Ses spécifications n’imposent pas de longueur minimale pour la clé. Un tiers peut donc faire en sorte de la limiter à un seul octet. Par exemple en exploitant la faille CVE-2019-9506.

La faille à tout faire ?

Les chercheurs font remarquer que la vérification des clés n’est pas obligatoire. Aussi n’est-elle généralement pas implémentée, tout du moins au niveau des puces Bluetooth.
Une solution pourrait, d’après eux, consister à intégrer cette vérification au niveau de la couche applicative. Alternative : imposer, au niveau des puces, une longueur minimale de clé.

La faille a été testée avec succès sur une quinzaine de puces* (Apple, Broadcom, Intel, Qualcomm). Elle peut être rendue persistante en attaquant le firmware des appareils ciblés. Elle est susceptible d’engendrer l’interception de nombreuses données : signaux audio, frappe clavier, trafic web en cas de partage de connexion…

Le Bluetooth affirme ne pas avoir connaissance d’un cas d’exploitation malveillante. Il a mis à jour les spécifications du Bluetooth pour recommander une longueur de clé minimale de 7 octets sur les connexions BR / EDR.

* Des puces intégrées notamment dans les Samsung Galaxy S9 (Snapdragon 845) et Google Pixel 2 (Snapdragon 835), des Raspberry Pi (BCM43438) et des PC portables Lenovo ThinkPad (Intel 8265, Centrino 6205). Les chercheurs se sont aidés du logiciel open source Ubertooth.

Recent Posts

Windows 11 : comment se préparer à migrer

La disponibilité publique de Windows 11 approche. Comment préparer la migration des appareils et des…

2 jours ago

Ransomwares : portrait-robot d’une entreprise cible

L'examen des discussions entre les exploitants de ransomwares et les vendeurs d'accès compromis illustre leur…

1 semaine ago

Ransomwares : un été meurtrier en France

Les attaques par ransomware sur les entreprises françaises se sont multipliées au cours de l'été.…

2 semaines ago

Automatisation des processus : qui sont les principaux acteurs ?

En forte croissance, le marché de la RPA est tiré par les ténors de l'IT.…

3 semaines ago

Microsoft 365 : les prix en hausse pour les versions pros

A compter du 1er mars 2022, le prix des versions professionnelles de Microsoft 365 et…

3 semaines ago

Applications : pourquoi il faut les moderniser

Les entreprises investissent dans la modernisation de leurs applications pour améliorer la satisfaction client et…

4 semaines ago