Le 3GPP ouvre la voie à la « vraie » 5G

Les spécifications de la 5G « autonome » sont finalisées.

La réunion trimestrielle du 3GPP (3rd Generation Partnership Project) a donné lieu à cette annonce.

Le collectif d’organismes de standardisation dans les télécoms donne suite à l’adoption, le 20 décembre 2017, de spécifications « transitoires ». Ces dernières permettent une exploitation sur un mode « non autonome » (5G NSA, pour « Non-Standalone »), reposant sur la 4G LTE pour fonctionner.

Avec la 5G SA (« Standalone »), le cordon est coupé. Les spécifications de couche physique étant les mêmes que pour la 5G NSA, la transition devrait être facilitée. La valeur ajoutée résidera dans les couches supérieures. Notamment au travers du network slicing (création de multiples réseaux virtuels sur un seul réseau physique).

Cette standardisation donne le feu vert à l’industrie pour accélérer la conception et la mise en œuvre d’équipements.

Certains opérateurs projettent un lancement commercial avant la fin de l’année, à l’image d’AT&T aux États-Unis. LG Uplus (Corée du Sud) en parle pour 2019 ; KDDI (Japon), pour 2020, année des JO de Tokyo, qui pourraient marquer le véritable démarrage à grande échelle.

On lâche tout en 2019 ?

Fin février, le Mobile World Congress avait été l’occasion de prendre la température au sein de l’industrie des télécoms.

Tandis que Qualcomm avait officialisé des premiers tests de modems à 1,4 Gbit/s, Intel avait présenté des modems destinés à apporter, d’ici au 2e semestre 2019, la connectivité 5G aux postes de travail.

Du côté de ZTE, on avait communiqué sur la disponibilité de terminaux pour « fin 2018 ou début 2019 », date à laquelle le groupe chinois prévoit aussi de proposer des produits réseau pour les opérateurs.

De nombreuses collaborations avaient également été mises en avant, comme celle de Nokia avec China Mobile autour du véhicule autonome et de la smart city.

En Europe, une étape décisive a été franchie en mars. Le Parlement, le Conseil et la Commission ont approuvé un accord politique provisoire relatif à la régulation des fréquences radio.

Les trois institutions ont accepté que des licences dédiées pays par pays soient concédées pour des durées de 20 ans (ou de 15 ans avec un mécanisme d’extension de 5 ans).

Recent Posts

One Outlook : le plan de Microsoft pour unifier sa messagerie

Quelle forme prendra la stratégie One Outlook de Microsoft ? Un élément de réponse émerge…

1 semaine ago

Méthodes agiles : quels métiers sont les mieux rémunérés ?

Développeur, product owner ou scrum master... Quelles sont les rémunérations proposées aux professionnels des méthodes…

1 semaine ago

Certifications : gros changements chez Microsoft

Microsoft fait évoluer ses processus de certification. Le renouvellement pourra bientôt se faire en ligne,…

4 semaines ago

Cloud : qui s’impose dans les bases de données

Le segment des bases de données as a service - aussi appelées SGBD cloud managés…

1 mois ago

Flash Player : comment Adobe prépare l’extension du support

Fin 2020, c'en sera terminé du support de Flash Player... par Adobe. HARMAN reprendra le…

1 mois ago

Excel : vers une création plus simple des fonctions personnalisées

Microsoft ouvre aux bêtatesteurs d'Excel la possibilité de créer des fonctions personnalisées en utilisant le…

1 mois ago