Pour gérer vos consentements :

Intelligence artificielle : déjà une réalité en entreprise ?

IBM a diffusé les résultats pour la France de son étude sur l’adoption de l’intelligence artificielle (IA) dans de grands groupes et entreprises de taille moyenne à intermédiaire. Localement, 501 décideurs informatiques et métiers ont participé à l’enquête internationale*.

En France, comme sur d’autres marchés étudiés, la majorité des organisations ont déployé l’IA (30%) ou intensifié les phases exploratoires de projets portés par une IA (36%). Toutefois, ces niveaux sont inférieurs de 4 et 3 points, respectivement, aux taux relevés globalement.

Le déficit d’expertise ou de compétences (27% en France, 37% globalement), ainsi que la complexité et les silos de données (26% dans l’Hexagone, 31% pour tous les marchés) sont considérés comme les principaux obstacles à la diffusion réussie de l’IA. Le manque d’outils adaptés au développement de modèles d’IA est une autre préoccupation.

D’un autre côté, la proportion de professionnels qui estiment « très ou extrêmement important » de s’assurer que les résultats livrés par l’IA sont « justes, sûrs et fiables » est moins élevée que la moyenne (64% en France, contre 78% dans l’ensemble des pays étudiés). Or, 76% (83% globalement) estiment nécessaire pour l’activité de leur entreprise de pouvoir expliquer comment une intelligence artificielle est parvenue à telle ou telle conclusion.

Une IA dans le cloud privé

Parmi les groupes qui s’appuient sur une IA en France, 29% utilisent des applications d’IA prêtes à l’emploi (chatbots…). 23% cherchent à démontrer la faisabilité (preuve de concept) de projets spécifiques basés sur ou assistés par une intelligence artificielle.

En France toujours, les 5 domaines de déploiement de l’IA les plus souvent mentionnés sont :

1. la sécurité des données (citée par 28% des dirigeants)
2. la relation client (21%)
3. les assistants virtuels/chatbots (20%)
4. l’optimisation des processus d’affaires ou BPO (20%)
5. l’automatisation des processus (20%)

Par ailleurs, les entreprises de France qui déploient des technologies d’IA s’appuient en priorité sur un cloud privé (40%). Le cloud hybride (privé et public) arrive ensuite (22%).

La crainte d’un enfermement fournisseur (vendor lock-in), enfin, serait moins prononcée que sur d’autres marchés. 59% déclarent ainsi que leur organisation n’est pas tenue d’utiliser l’IA de leur fournisseur de services cloud. En revanche, 29% répondent par l’affirmative.

*L’enquête a été menée par Morning Consult pour IBM auprès de 4514 décideurs métiers et IT aux États-Unis, en Chine et en Europe, dont 501 en France, entre le 10 et le 22 octobre 2019. source : IBM – « From Roadblock to Scale: The Global Sprint Towards AI ».

(crédit photo : via pexels.com)

Recent Posts

Numérique responsable : 1O chiffres pour comprendre les enjeux

Quelle est l'empreinte environnementale du numérique en France ? Focus sur dix indicateurs pour comprendre…

1 jour ago

RCS (Rich Communication Services) : la nouvelle génération de messagerie

Les opérateurs mobiles français se lancent sur le Rich Communication Services (RCS) qui ouvre la…

5 jours ago

Low-code : comment choisir une plate-forme

L'approche low code (LCAP) prend de l'ampleur pour accompagner les projets de transformation numérIque. Pas…

1 semaine ago

Salesforce et le MFA : comment ça marche ?

A compter du 1er février 2022, Salesforce déploie l'authentification multifacteur qui sera une nouvelle obligation…

2 semaines ago

Microsoft Teams : du compte pro au compte perso

Microsoft généralise une première passerelle entre les comptes personnels et les comptes d'entreprise de Teams.…

2 semaines ago

Android-Windows : Google veut aller plus loin

Google déploie son programme « Better together » à Windows pour accélérer la continuité avec…

2 semaines ago