Big computing: Microsoft renforce son expertise avec Cycle Computing

Avec l’acquisition de l’éditeur de solutions logicielles Cycling Computing, Microsoft monte sur le créneau du calcul haute performance (HPC ou big computing en anglais)  en environnement cloud. Le montant de la transaction n’a pas été divulgué.

Créé en 2005 par Rob Futrick et Jason Stowe et localisé dans l’Etat du Connecticut, Cycling Computing fournit des logiciels d’orchestration des ressources IT et de stockage en environnement cloud en cas de recours massif à des CPU et de GPU.

Microsoft précise la portée de cette acquisition au gré d’un billet de blog.

« Qu’il s’agisse de trouver un remède contre le cancer, de rendre les véhicules plus sûrs ou bien de parvenir à la réalisation des promesses liées à l’intelligence artificielle, les problèmes complexes d’aujourd’hui nécessitent la possibilité d’exploiter des quantités massives de puissance informatique », évoque Jason Zander, Vice-Président en charge de Microsoft Azure.

« Pendant trop longtemps, le Big Computing n’a été accessible qu’aux organisations les plus établis. Au sein de Microsoft, nous croyons que l’accès aux capacités de Big Computing dans le cloud a le pouvoir de transformer de nombreuses entreprises et sera à l’avant-garde de l’expérimentation et de l’innovation dans les décennies à venir. Jusqu’à présent, nous avons réalisé des investissements importants dans nos infrastructures, nos services et notre écosystème partenaire pour concrétiser cette vision.  »

Avec Cycle Computing, la firme dirigée par Satya Nadella entend ainsi « démocratiser » l’accès aux ressources de Big Computing.

Pour l’heure, si l’on se fie au site Web de Cycle Computing, les technologies de l’éditeur sont compatibles avec Microsoft Azure mais aussi Amazon Web Services (AWS) et Google Cloud.

Cycle Computing dispose de clients dans des secteurs comme l’industrie, l’assurance-vie, la pharmacie, les biotechnologies, les médias, le divertissement, les services financiers mais aussi des start-up et des agences gouvernementales.

Dans sa contribution de blog, Cycle Computing se félicite de cette opportunité qui lui est offerte : « Nous sommes impatients de combiner la technologie CycleCloud pour la gestion des charges de travail de calcul et de données en environnements Linux et Windows, avec la feuille de route de l’infrastructure Big Compute de Microsoft Azure de portée mondiale. »

Microsoft estime que cette nouvelle opération de croissance externe permettra de consolider son offre Azure pour des besoins de ressources en intelligence artificielle mais aussi son développement international.

La semaine dernière, Microsoft annonçait la création de deux nouveaux data centers en Australie. La firme de Redmond en exploite 42 dans le monde au nom de l’essor d’Azure, selon Silicon.co.uk.

(Credit photo : Cycle Computing : Intervention du P-DG  Jason Stowe, mai 2017)

Recent Posts

One Outlook : le plan de Microsoft pour unifier sa messagerie

Quelle forme prendra la stratégie One Outlook de Microsoft ? Un élément de réponse émerge…

2 semaines ago

Méthodes agiles : quels métiers sont les mieux rémunérés ?

Développeur, product owner ou scrum master... Quelles sont les rémunérations proposées aux professionnels des méthodes…

2 semaines ago

Certifications : gros changements chez Microsoft

Microsoft fait évoluer ses processus de certification. Le renouvellement pourra bientôt se faire en ligne,…

4 semaines ago

Cloud : qui s’impose dans les bases de données

Le segment des bases de données as a service - aussi appelées SGBD cloud managés…

1 mois ago

Flash Player : comment Adobe prépare l’extension du support

Fin 2020, c'en sera terminé du support de Flash Player... par Adobe. HARMAN reprendra le…

1 mois ago

Excel : vers une création plus simple des fonctions personnalisées

Microsoft ouvre aux bêtatesteurs d'Excel la possibilité de créer des fonctions personnalisées en utilisant le…

1 mois ago