Numérique : les Français sous la contrainte volontaire des GAFA

A-t-on vraiment la main sur nos smartphones ?

L’Arcep émet de longue date des inquiétudes à cet sujet. Elles les a réaffirmées dans son dernier rapport annuel, en pointant notamment :

  • les difficultés liées au transfert de données et de contenus vers un nouvel équipement ;
  • la tendance des systèmes d’exploitation à orienter les utilisateurs dans leurs choix.

On retrouve ces deux aspects dans l’édition 2019 du « baromètre du numérique » (document PDF, 250 pages), que l’autorité vient de publier. Elle s’est appuyée sur des entretiens « en face-à-face » menés au mois de juin avec 2 259 Français de 12 ans et plus (dont 2 052 adultes).

Pour la première fois en 19 ans de relevés, le taux d’équipement en smartphones (77 % ; + 2 points d’une année sur l’autre) dépasse celui des ordinateurs (76 % ; – 2 points).

L’écart est plus marqué sur le taux d’usage quotidien : 82 % pour les téléphones mobiles dans leur ensemble, contre 47 % pour les ordinateurs.

D’après l’Arcep, le smartphone bénéficie d’un « effet de substitution » à la fois technologique (surtout auprès des plus jeunes) et économique. En toile de fond, des Français « attachés à leur connectivité, quels que soient l’interface et le mode ».

Une envie de changer ?

Si le choix de marques est grand, on ne peut pas en dire autant des systèmes d’exploitation. D’après les mesures du régulateur, 77 % des smartphones que possèdent les Français de 12 ans et plus tournent sous Android. 22 %, sous iOS.

Situation comparable pour ce qui est de navigateurs : Chrome équipe 65 % des téléphones ; Safari, 18 %.

Chez 79 % des détenteurs de smartphones, le navigateur le plus utilisé est celui préchargé.
Plus des trois quarts affirment ne pas en avoir changé, car il répondait à leurs besoins.

En revanche, pour la moitié des quelque 30 % de mobinautes qui ont testé d’autres navigateurs, l’expérimentation a été suivie d’un changement.

L’Arcep déplore aussi des utilisateurs contraints, pour certains, par le choix dans leurs magasins d’applications. 18 % des sondés possesseurs d’un smartphone disent avoir déjà été confrontés à une app qui n’était pas ou plus accessible dans leur store.

Quant à la possibilité de transférer données et applications lors du changement d’appareil, 42 % des Français la jugent « très importante ». 31 %, « plutôt importante ». Ce qui fait dire à l’Arcep que les utilisateurs, malgré leur relative inertie sur les OS et les navigateurs, « valorisent l’idée de pouvoir choisir leur écosystème sans être contraints par leurs choix passés ».

Photo d’illustration © Fotosani – Fotolia.com

Recent Posts

Visioconférence : trois solutions à la loupe

Dans son Magic Quadrant « Meeting Solutions » 2020, le cabinet Gartner passe en revue…

2 jours ago

Comment l’ascenseur mène sa révolution numérique

L’ascenseur n’est plus un équipement isolé et indépendant : connecté, augmenté, il devient « la colonne vertébrale…

2 semaines ago

MacBook : à quoi ressemblent les nouvelles gammes d’Apple… sans Intel

Apple lance ses premiers MacBook Air, MacBook Pro et Mac mini avec des processeurs Arm.…

2 semaines ago

Microsoft 365 : comment fonctionne le « score de productivité » ?

En test depuis plus d'un an sur sa suite bureautique cloud, le « score de…

4 semaines ago

Excel accélère sur les types de données personnalisés

Microsoft ouvre à une partie des utilisateurs d'Excel la possibilité de définir des types de…

1 mois ago

Navigateur : comment Edge va remplacer Internet Explorer

Microsoft commence une expérimentation pour remplacer progressivement Internet Explorer par Edge. Ce basculement automatique ne…

1 mois ago