Médias sociaux : des pratiques « addictives » dénoncées au Sénat américain

Doit-on réguler Facebook comme la drogue ?

Le sénateur américain Josh Hawley (Parti républicain, Montana) l’envisage.
Il est à l’origine d’une proposition de loi qui vise à encadrer les pratiques « addictives » en vigueur sur les médias sociaux.

Le texte interdirait le recours à plusieurs de ces techniques uniquement destinées, estime l’intéressé, à « capter l’attention des utilisateurs ».

La première listée est celle qu’on connaît sous le nom d’infinite scroll. Elle consiste à charger et à afficher davantage de contenu à mesure que l’utilisateur défile sur une page.

Josh Hawley entend rendre ce processus illégal à moins que l’utilisateur l’autorise clairement ; typiquement, en cliquant sur une icône. Une exception serait également mise en place pour le contenu audio ou vidéo dont l’internaute aurait explicitement demandé la lecture.

Gamification : où est la frontière ?

L’autoplay est également dans le collimateur.
Le texte n’autoriserait la lecture automatique d’une musique ou d’une vidéo qu’en cas de demande explicite de l’utilisateur, sauf :

  • Si le contenu fait partie d’une playlist dont l’utilisateur a sélectionné un élément
  • Si le média social a pour fonction principale de diffuser de la musique et à condition que les contenus lus automatiquement soient de l’audio ou de la publicité

La proposition de loi cible aussi les récompenses accordées aux internautes en fonction de leur engagement. Elles deviendraient illégales à moins d’apporter un bénéfice « substantiel » en matière d’accès à des services, des contenus ou des fonctionnalités.

Josh Hawley s’attaque aussi à la question du temps passé sur ces plates-formes.

Il souhaite notamment que les utilisateurs puissent définir une durée quotidienne au-delà de laquelle l’accès serait automatiquement bloqué. Cette limite serait fixée par défaut à 30 minutes, sauf si l’internaute en décide autrement.
Les plates-formes qui proposent essentiellement des services de messagerie électroniques ne seraient pas concernées.

L’initiative soulève des questions, tout particulièrement au regard de la liberté d’expression. Et interroge plus globalement s’il est de la responsabilité d’un gouvernement de prendre en main ces enjeux.

Photo d’illustration © BitsFromBytes via Foter.com / CC BY

Clément Bohic

Rédacteur pour ITespresso.fr (groupe NetMediaEurope).

Recent Posts

Windows 10 – May 2020 Update : ce qui change côté utilisateur

Quels sont les principaux changements pour les utilisateurs avec la mise à jour de Windows…

3 jours ago

OVHcloud lance sa marketplace

OVHcloud veut développer un écosystème autour de solutions SaaS et PaaS hébergées sur ses infrastructures.

3 jours ago

Build 2020 : Microsoft automatise Teams avec Power

À l'occasion de sa conférence Build 2020, Microsoft a détaillé les projets d'intégration plus poussée…

2 semaines ago

PC Portables : Huawei pousse ses MagicBook et MateBook

Huawei monte en gamme avec sa marque Honor, dont l'implantation sur le marché français des…

2 semaines ago

Dell Precision : six modèles nomades pour la génération 2020

Dell élimine progressivement les disques magnétiques de ses stations de travail de la gamme Precision.…

2 semaines ago

Surface Go 2 : que vaut la nouvelle génération ?

Deux ans après le dernier modèle, une nouvelle Surface Go 2 arrive sur le marché.…

3 semaines ago