Press release

Bank of America annonce les bénéficiaires des subventions du Projet de conversation artistique 2015

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Ce programme mondial contribuera à conserver d’importantes œuvres d’art culturelles dans sept pays CHARLOTTE, Caroline du Nord–(BUSINESS WIRE)–Bank of America a annoncé aujourd’hui la dernière série d’initiatives dans le cadre de son Projet international de conservation artistique en cours (Art Conservation Project), qui va aidera à restaurer et à préserver des œuvres d’art de grande

Ce programme mondial contribuera à conserver d’importantes œuvres
d’art culturelles dans sept pays

CHARLOTTE, Caroline du Nord–(BUSINESS WIRE)–Bank of America a annoncé aujourd’hui la dernière série d’initiatives
dans le cadre de son Projet international de conservation artistique en
cours (Art Conservation Project), qui va aidera à restaurer et à
préserver des œuvres d’art de grande importance culturelle du monde
entier. En 2015, les financements concerneront treize projets dans sept
pays.

La liste complète 2015 des bénéficiaires de subventions concerne : 

  • « Terrain clos avec Laboureur et Maisons à Auvers » de Vincent Van
    Gogh au Museum of Fine Arts de Boston.
  • Deux portraits d’Henrietta de Beaulieu Dering Johnston au Gibbes
    Museum of Art de Charleston, en Caroline du Sud.
  • Deux natures mortes florales d’Harriet Beecher Stowe, ainsi que des
    portraits de son époux et de son père, au Harriet Beecher Stowe Center
    de Hartford, dans le Connecticut.
  • Six tableaux d’Osman Hamdi Bey au Sakip Sabanci Museum d’Istanbul.
  • Sculpture du Bouddha Amitābha au British Museum de Londres.
  • Quarante-et-une fresques d’Emilio García Cahero, de Ramón Alva de la
    Canal, de Jean Charlot, de Fernando Leal, de José Clemente Orozco, de
    Fermín Revueltas et de David Alfaro Siqueiros à l’Antiguo Colegio de
    San Ildefonso de Mexico.
  • « Femme en robe de soirée » par Édouard Manet au Solomon
    R. Guggenheim Museum of Art de New York.
  • « The Mellow Pad » par Stuart Davis au Brooklyn
    Museum of Art de New York.
  • Huit sculptures d’artistes amérindiens de renom au Heard Museum de
    Phoenix, en Arizona.
  • Soixante œuvres sur papier d’expressionnistes allemands, parmi
    lesquels Max Beckmann, Peter August Böckstiegel, Otto Dix, Conrad
    Felixmüeller, Erich Heckel, Ernst Ludwig Kirchner et Emil Nolde, au
    Virginia Museum of Fine Arts de Richmond, en Virginie.
  • Quatre tableaux et une fresque récemment découverte au Museum Oca do
    Ibirapuera de São Paulo, au Brésil.
  • « Jo-no-Mai (Noh Dance Prelude) » d’Uemura Shōen au Tokyo National
    University of Fine Arts Museum au Japon.
  • Un panneau médiéval en stuc au Museum of Islamic Art de Doha, au Qatar.

Pour obtenir la description complète des images et des projets 2015,
rendez-vous sur le site
Web du Projet de conservation artistique
.

« L’art a la capacité de rassembler les communautés et de stimuler les
économies locales, mais il doit être vu et partagé pour avoir un
impact », a déclaré Rena DeSisto, directrice mondiale du département des
arts et de la culture chez Bank of America. « Nous sommes conscients de
l’importance de ces œuvres, et nous sommes fiers de l’impact que nous
exerçons sur la conservation de ces trésors culturels qui permettra de
garantir qu’ils seront appréciés par les générations futures. »

En comptabilisant les bénéficiaires de cette année, le Projet de
conservation artistique de Bank of America aura contribué à la
conservation de 85 projets dans 28 pays. Ce programme a été lancé
en 2010 en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, puis s’est étendu au
continent américain, à l’Asie et à l’Australie en 2012.

Les efforts précédents se sont focalisés sur une large gamme d’œuvres,
notamment « La Piscine » d’Henri Matisse au Musée d’art
moderne de New York ; quatre tableaux de l’époque des Tudor à la
National Portrait Gallery de Londres, en Angleterre ; trois tableaux de
Watanabe Kazan au Musée national de Tokyo ; et « Le Savant dans son
cabinet de travail » de Rembrandt à la Galerie nationale de Prague.

Le Projet de conservation artistique est une extension de l’engagement
international de Bank of America visant à soutenir l’art, et il illustre
l’engagement de la société qui est de délivrer une valeur sociale et
économique à la communauté. Le soutien de la société en faveur de l’art
se manifeste de diverses manières, et comprend des prêts gratuits de sa
collection aux musées, des activités de mécénat, des subventions en
faveur d’organisations artistiques à des fins d’éducation artistique, et
la préservation de trésors culturels.

Responsabilité sociale d’entreprise de Bank of America
Chez Bank of
America, la responsabilité sociale d’entreprise (RSE) constitue un
élément clé de notre objectif fondamental qui consiste à améliorer la
vie financière des personnes. L’engagement que nous avons pris de
développer notre responsabilité d’entreprise s’intègre à tous les
aspects de notre société, allant des politiques aux pratiques, en
passant par nos services, nos produits, notre gouvernance et les
avantages sociaux que nous offrons à nos employés. Une part importante
de notre engagement consiste à établir de solides partenariats avec
différents secteurs, y compris des organisations à but non lucratif qui
répondent aux besoins de la communauté, ainsi qu’à rapprocher notre
expertise et nos réseaux collectifs afin d’aboutir à un impact
supérieur. Nous sommes fiers des efforts bénévoles, du soutien à la
diversité et à l’intégration, ainsi que de la responsabilité
environnementale et sociale dont font preuve nos employés. Au sein de
notre entreprise, nous nous efforçons de simplifier les services
bancaires et les services d’investissement, de promouvoir de meilleures
habitudes financières, et d’exercer un impact au sein de communautés du
monde entier. Pour en savoir plus, consultez www.bankofamerica.com/about
et suivez-nous sur Twitter @BofA_News
et @BofA_Community.

Pour consulter les annonces de Bank of America, veuillez-vous rendre sur
le site Bank
of America news
.

www.bankofamerica.com

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contact pour la presse : 
Diane Wagner, Bank of
America, 1.312.992.2370
diane.wagner@bankofamerica.com