Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.

Press release

Microsoft étend son partenariat en Europe afin de stimuler la recherche scientifique grâce à la technologie d’informatique dans le nuage pour applications client

0 0 Donnez votre avis

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ — – Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni Lors du discours d’ouverture au forum

BRUXELLES, October 27, 2010 /PRNewswire/ —

– Le consortium VENUS-C est sur le point de lancer un appel à tous les chercheurs européens, tandis que Microsoft étend davantage ses ressources informatiques dans le nuage aux chercheurs de l’INRIA en France et aux chercheurs de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni

Lors du discours d’ouverture au forum Open Grid, le vice-président de groupe pour eXtreme Computing Group et Technology Strategy & Policy chez Microsoft Corp., Dan Reed, a présenté en détail aujourd’hui les trois programmes qui permettront de renforcer les capacités de la communauté scientifique en Europe, en proposant aux chercheurs européens l’accès aux ressources avancées d’informatique dans le nuage pour les applications client ainsi qu’au soutien technique associé, dans le cadre d’un projet collaboratif de recherche lancé en début de cette année.

    
    (Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20000822/MSFTLOGO)    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000822/MSFTLOGO)

« L’informatique dans le nuage peut transformer la façon dont la recherche est menée, en permettant aux scientifiques du monde entier d’explorer et de partager de vastes ensembles de données, variés et multidisciplinaires, avec leurs propres outils de bureau qui leur sont familiers », a déclaré Dan Reed. « Grâce aux trois subventions et à cette initiative internationale, nous souhaitons rendre disponibles à tous les chercheurs des outils simples mais puissants, afin de renforcer la communauté de recherche à l’aide de moyens novateurs. Notre objectif ultime est d’accélérer la recherche, les découvertes et les résultats scientifiques dans le monde entier. »

Microsoft a lancé trois partenariats en Europe : avec le consortium européen VENUS-C (Virtual Multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), avec l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) en France et avec l’institut Horizon de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni.

Microsoft est le partenaire principal et l’initiateur du consortium VENUS-C, un projet cofinancé par la Commission européenne grâce au Septième programme-cadre FP7, afin de déployer les services d’informatique dans le nuage pour les chercheurs de partout en Europe. Le consortium va bientôt lancer un appel à tous les chercheurs européens pour qu’ils utilisent ces nouvelles ressources et qu’ils sollicitent du financement afin d’appuyer cette expérimentation.

Le consortium VENUS-C développe et déploie actuellement une infrastructure d’informatique dans le nuage destinée aux communautés de la recherche et de l’industrie à travers l’Europe, afin de démontrer la faisabilité et le potentiel d’un « nuage » scientifique en Europe qui serait intégré au système d’infrastructure virtuelle européen existant. Microsoft contribue à ce projet avec la plateforme Windows Azure et ses larges capacités de calcul et de données, ainsi qu’avec ses équipes de chercheurs, notamment le Centre européen d’innovation Microsoft (European Microsoft Innovation Center) en Allemagne.

VENUS-C a pour objectif de faciliter et de renforcer la collaboration entre les parties prenantes d’un projet, grâce au déploiement de services conviviaux dans le nuage, au service de communautés d’utilisateurs dans des domaines très divers tels que la biomédecine, le génie civil ou les données scientifiques.

« Le projet VENUS-C est l’une des premières tentatives pour démontrer la bonne interaction entre les ressources dans le nuage et les infrastructures virtuelles de recherche en Europe, ainsi que la durabilité des nuages scientifiques », s’est félicité Andrea Manieri, coordinateur du projet VENUS-C. « Nous sommes fiers de coordonner ce consortium ; Microsoft est le partenaire idéal pour mener à bien le projet VENUS-C. »

Microsoft va également étendre son partenariat européen avec l’INRIA en France et avec le projet ‘Horizon’ de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, qui se consacre à la recherche en économie numérique. Ces deux partenaires bénéficieront gratuitement durant trois années de la plateforme Windows Azure, qui offre un service d’hébergement sur demande de calcul et de stockage et permet de gérer et synchroniser les applications Web sur Internet via les centres de données de Microsoft. Les chercheurs et développeurs de Microsoft équiperont également chaque partenaire avec des outils, applications et services de collecte de données communs pouvant être partagés au sein du vaste milieu universitaire, et leur apporteront leur expertise scientifique et leur soutien en matière d’informatique dans le nuage.

« Nous sommes ravis d’avoir accès aux ressources dans le nuage et nous nous réjouissons de cette collaboration continue pour notre projet d’imagerie en neurosciences », a déclaré Jean-Jacques Levy, directeur du Centre de recherche commun INRIA-Microsoft Research. Ce centre, fondé par l’INRIA, Microsoft et Microsoft Research Cambridge, mène une recherche fondamentale à long terme sur les méthodes formelles, la sécurité logicielle et l’application de la recherche informatique à d’autres sciences.

« L’Université de Nottingham se réjouit du partenariat avec Microsoft pour l’utilisation de l’informatique dans le nuage au sein de notre programme Horizon », a affirmé Derek McAuley, directeur du projet Horizon. « Horizon est financé par le programme d’économie numérique Research Councils UK. Ce programme vise à explorer la manière de concevoir les nouvelles technologies numériques pour qu’elles transforment la façon dont nous vivons, travaillons et nous divertissons, en prenant en compte les facteurs humains essentiels comme le comportement et la vie privée, ainsi que les modèles d’entreprises émergents. L’informatique dans le nuage représente une des ces avancées technologiques qui a déjà transformé la façon dont nous menons nos affaires, et bien d’autres progrès vont voir le jour. »

Ces partenariats, destinés à libérer le potentiel collaboratif des ressources dans le nuage en Europe, démontrent l’engagement de Microsoft pour aider l’Europe à tirer pleinement profit de ce potentiel, soutenant en particulier les objectifs 2020 de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Ces partenariats sont également une avancée pour la stratégie de « l’Union pour l’innovation » récemment annoncée, qui a pour ambition de faire de l’Union européenne une base scientifique de calibre international. Cela permettra également de renforcer l’Espace européen de la recherche.

Microsoft a annoncé des partenariats similaires avec la NSF (National Science Foundation) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/feb10/02-04nsfpr.mspx) aux États-Unis et avec le NII (National Institute of Informatics) (http://www.microsoft.com/presspass/press/2010/sep10/09-30msniipr.mspx) au Japon, lors d’une déclaration faite en début de cette année. Grâce aux trois nouvelles subventions européennes, la société renforce son soutien aux milieux universitaires et de recherche en étendant les capacités des applications puissantes et conviviales, qu’elles soient sur PC, sur le Web ou mobiles, grâce aux services informatiques dans le nuage. Le but ultime de Microsoft est d’étendre les capacités des chercheurs, de favoriser la création de communautés de recherche collaboratives et d’accélérer les découvertes scientifiques internationales, afin que nous puissions tous en bénéficier.

À propos de VENUS-C

Le projet novateur VENUS-C (Virtual multidisciplinary EnviroNments USing Cloud Infrastructures), au sein du Septième programme-cadre FP7 de la Commission européenne, tire sa force de la coopération entre les partenaires industriels et les communautés d’utilisateurs scientifiques, afin de développer, tester et déployer un service d’informatique dans le nuage de qualité industrielle à travers l’Europe.

Son but est de développer et de déployer un service d’informatique dans le nuage destiné au milieu de la recherche et à l’industrie en Europe, en offrant une plateforme orientée services et de qualité industrielle, basée sur les technologies de virtualisation, ce qui facilite le travail dans des domaines de recherche très variés, grâce à un déploiement de services facilité pour l’utilisateur final. Les communautés d’utilisateurs concernées travaillent notamment dans la bioinformatique, la biologie des systèmes, la recherche médicamenteuse, la sécurité civile, le génie civil ou les bibliothèques numériques. Pour plus d’informations, veuillez consulter (http://www.venus-c.eu/Pages/Home.aspx).

Les organismes suivants sont impliqués dans le projet VENUS-C :

    
    -- Coordination du projet : Engineering Ingegneria Informatica S.p.a.
       (ENG), Italie
    -- Barcelona Supercomputing Center (BSC), Espagne
    -- Centre for Computational and Systems Biology (CoSBi), Italie
    -- Collaboratorio, Italie
    -- Consiglio Nazionale delle Ricerche, Italie
    -- European Charter of Open Grid Forum, Royaume-Uni
    -- European Microsoft Innovation Center (EMIC), Allemagne
    -- Kungliga Tekniska Hoegskolan (KTH), Suède
    -- Microsoft Research Ltd. (MRL), Royaume-Uni
    -- Microsoft Innovation Center, Grèce
    -- Technion, Israël
    -- Universidad Politecnica de Valencia, Espagne
    -- University of the Aegean, Grèce
    -- University of Newcastle, Royaume-Uni

À propos de l’INRIA

L’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et en automatique) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle des ministères français chargés de la Recherche et de l’Industrie. L’INRIA emploie 2 800 chercheurs, dont plus de 1 000 titulaires d’un doctorat qui travaillent dans plus de 168 équipes-projets dont la plupart sont communes avec d’autres organismes, universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur.

À propos de l’Université de Nottingham et de l’Institut Horizon

Horizon est un institut de recherche de l’Université de Nottingham, consacré à la recherche sur l’économie numérique. Cette nouvelle entreprise représente un investissement initial de 40 millions de livres sterling fait par Research Councils UK, l’Université de Nottingham, ainsi que plus de 40 partenaires universitaires et industriels, à la fois dans un centre de recherche et un centre de formation en doctorat, dans le cadre du programme d’économie numérique RCUK.

Horizon se concentrera sur le rôle de la technologie informatique omniprésente « toujours en marche, toujours avec vous » au sein de l’économie numérique. Prenant appui sur le projet Digital Britain (la Grande-Bretagne numérique), le projet Horizon examinera les développements techniques nécessaires pour que l’information électronique soit contrôlée, gérée et maîtrisée, afin de mettre au point de nouveaux produits et services, par exemple, dont la société puisse tirer bénéfice. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter (https://www.horizon.ac.uk).

À propos de Microsoft Research

Fondé en 1991, Microsoft Research se consacre à la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de l’informatique et du génie logiciel. Les chercheurs se concentrent sur plus de 55 domaines informatiques et collaborent avec des chercheurs de premier plan des universités, du gouvernement et de l’industrie afin de faire avancer l’état actuel des réalisations. Microsoft Research s’est élargi au cours des années et occupe aujourd’hui huit sites à travers le monde et travaille sur un nombre de projets collaboratifs qui rassemblent les meilleurs esprits de l’informatique pour avancer le programme de recherches selon leurs talents et leurs intérêts uniques. Microsoft Research est implanté à Redmond, Washington ; à Cambridge dans le Massachusetts ; dans la Silicon Valley en Californie ; à Cambridge en Angleterre ; à Beijing en Chine ; à Bangalore en Inde et mène également des recherches dans son centre du Caire en Égypte, le Cairo Microsoft Innovation Center ; dans son centre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, le European Microsoft Innovation Centre ; et dans son centre eXtreme Computing Group à Redmond. Microsoft Research collabore librement avec des universités du monde entier afin d’améliorer l’expérience relative à l’enseignement et à l’apprentissage, d’inspirer l’innovation technologique et d’avancer l’informatique de manière générale. De plus amples renseignements sont publiés sur http://www.research.microsoft.com.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial des logiciels, des services et des solutions qui aident les particuliers et les entreprises à réaliser leur plein potentiel.

Pour obtenir un complément d’information sur la vision de Microsoft concernant la démocratisation de l’informatique dans le nuage pour les applications client, veuillez consulter (http://research.microsoft.com/en-us/labs/xcg/mscloudwp.pdf).

Source : Microsoft Corp.