4G : un déploiement dynamisé par le 1 800 MHz

4GMobilitéOpérateursRéseauxTrès haut débit
anfr-4g-mars-2016
2 4

L’extension du réseau 4G s’accélère avec l’autorisation donnée aux quatre opérateurs d’exploiter les ressources hertziennes dans la bande des 1 800 MHz.

Où en est le déploiement des infrastructures de réseau mobile en France ?

Tous les mois, l’Agence nationale des fréquences publie un tableau récapitulant l’évolution du parc de supports 2G, 3G et 4G sur deux plans : d’une part, ceux qui bénéficient d’une autorisation d’exploitation ; de l’autre, ceux effectivement mis en service.

La couverture de la population étant – théoriquement – quasi intégrale en 2G et en 3G, le point intéressant porte sur le déploiement de la 4G.

Au 1er mars 2016, l’ANFR recense 23 845 supports autorisés (+ 2,3 %), pour 21 013 en service. le différentiel avec le nombre d’antennes (27 043 exploitées pour 31 698 autorisées) s’explique par le fait qu’un support peut en accueillir plusieurs.

Le réseau fonctionne toujours pour l’essentiel dans la bande des 2,6 GHz. Mais avec 16 757 supports autorisés (+ 1,8 %), la progression est moins importante que pour le 800 MHz (+ 4,3 %, à 15 034 sites) et pour le 1 800 MHz (+ 5,6 %, à 9 678 sites).

Numericable-SFR plus dynamique que Bouygues Telecom

Avec 113 autorisations supplémentaires au mois de février, Orange porte son parc exploitable à 9 368 sites. 8 612 d’entre eux sont en service, soit 132 d’allumés en un mois.

Bouygues Telecom reste deuxième en volume exploitable, avec 8 566 autorisations (146 obtenues en février), mais le nombre de sites en service stagne. Le solde est même négatif (7 303 supports, contre 7 304 un mois plus tôt).

Numericable-SFR se montre plus dynamique dans l’extension de son réseau : 499 autorisations obtenues (6 358 au total) et 155 supports mis en service (4 951 au total).

Dans l’absolu, c’est mieux que Free Mobile, qui allume 108 supports (5 991 au total) et obtient 75 autorisations (7 103 au total). Mais beaucoup de « déploiements » sont en fait des mises à jour d’infrastructures existantes, à 1 800 MHz (voir, à ce sujet, notre article « Bande 1 800 MHz – 4G : l’ARCEP décrète le refarming pour tous »).

Illustration chez Free Mobile : de 945 sites autorisés et 261 exploités, on passe à 1 121 autorisés et 277 exploités. Dans le même temps, la progression est moins franche sur le 2,6 GHz, avec 75 autorisations et 108 mises en service.

Du côté de Numericable-SFR, on avance sur tous les fronts : 447 autorisations obtenues et 24 sites mis en service à 1 800 MHz ; 306 autorisations et 226 mises en service à 2,6 GHz ; 471 autorisations et 147 mises en service à 800 MHz.

Chez Orange, la répartition est presque égale entre le 800 MHz (6 710 sites autorisés ; 5 887 exploités) et le 2,6 GHz (6 577 sites autorisés ; 6 087 exploités).

Du côté de Bouygues Telecom, on reste encore essentiellement sur le 1 800 MHz : 6 192 sites en service (stable) pour 7 376 autorisés (+ 46), contre respectivement 5 072 et 3 185 en 800 MHz (3 544 et 1 355 en 2,6 GHz).

deploiement-4g-mars-2016

Crédit photo : EvgeniiAnd – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur