Abonnements presse : GLI dans l’embarras après une défaillance

Bases de donnéesData-stockageRisquesSécurité
defaillance-gli-editeurs-presse-inquiets
4 3

Des éditeurs comme Les Echos, Le Point ou Le Figaro s’inquiètent d’une panne chez GLI chargé des abonnements papier. Les données clients sont-elles totalement sauvegardées ?

Quand votre abonné ne répond plus, cela tourne au drame dans la presse française. GLI, un prestataire francilien en charge de la gestion des abonnements pour un grand nombre de journaux et magazines comme Le Figaro, Les Echos, Libération, Le Point ou Valeurs Actuelles, doit gérer une défaillance technique dans son système informatique détectée dimanche soir.

Selon le magazine En-Contact qui a révélé l’affaire, 40% des titres de presse français ont perdu leurs données sur leurs abonnés. Temporairement ou définitivement ? Selon l’AFP (via Stratégies), « aucune donnée client n’est perdue, elles sont toutes actives et accessibles », assure Gilbert Libermanas, Président du groupe GLI. « Le système sur lequel on y accède habituellement est défaillant, alors un système de secours est en train d’être mis en place. »

Ces perturbations ne seraient pas dues à une attaque informatique (comme on avait pu le constater avec le cas de Viapresse) mais à un « problème inédit sur une baie de disque ». Un audit est en cours pour comprendre les circonstances de la défaillance. Les premiers éléments parus dans la presse faisaient craindre des lacunes dans la sauvegarde des données.

Les réponses de Gilbert Libermanas sur le sujet demeurent floues en l’état actuel, évoquant une « triple sauvegarde » entre ses systèmes et ceux de ses clients. Toutes les données ont-elles été intégralement sauvegardées ? Les éditeurs et groupes médias concernés voudraient éviter le pire avec ce précieux actif en s’appuyant sur leurs bases de données de clients abonnés hébergées en interne.

Cette défaillance de GLI tombe mal car, avec le début des vacances d’été, les abonnés cherchent à réactualiser leurs données pour recevoir leurs journaux à leurs lieux de villégiatures par exemple. Le fait que les espaces de gestion des abonnements et relations clients ne fonctionnent plus sur les sites Web des médias est pénalisant.

Les éditeurs concernés devaient rencontrer GLI dans la journée de vendredi pour examiner comment assurer la reprise du service et surtout à quelle échéance. En attendant, les groupes affectés comme Les Echos demandent à ses lecteurs de contacter directement le service abonnements par téléphone ou par mail.

abonnements-les-echos


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur