Samsung acquiert SmartThings : cap sur la domotique

Mobilité

Samsung s’est offert la start-up américaine SmartThings, signant ainsi son entrée en force dans le domaine en plein essor de la domotique.

Après des rumeurs dès mi-juillet, c’est officiellement que la start-up SmartThings est entrée dans l’escarcelle de Samsung. Le montant de la transaction n’a pas été divulgué même s’il serait question de 200 millions de dollars.

Basé à Washington, SmartThings et ses 55 employés vont déménager à Palo Alto dans la Silicon Valley afin d’intégrer l’Open Innovation Center de Samsung. Alex Hawkinson, le P-DG de SmartThings, a toutefois indiqué dans une contribution blog que la société continuerait à opérer indépendamment et conserverait son identité : “En résumé : SmartThings restera SmartThings.”

Celui-ci d’ajouter que c’est “un grand jour pour SmartThings”, qui bénéficiera de l’exposition mondiale de Samsung pour faire croître le nombre des utilisateurs de sa plate-forme, tout en gagnant en visibilité auprès des développeurs.

SmartThings s’est fait connaître en 2012 suite à une campagne rondement menée sur Kickstarter. Elle avait permis de réunir plus de 1,2 million de dollars alors que l’objectif initial était fixé à 250 000 dollars. Cela a permis de financer le module SmartThings Hub qui centralise l’automatisation en commandant différents périphériques.

Contrôlé via l’application mobile (disponible sur Android et iOS) SmartApps, il s’agit d’un système ouvert supportant de nombreux standards radios largement utilisés dans la domotique : Wi-Fi, Z-Wave et Zigbee. Depuis, la société a étoffé son catalogue avec de nombreux périphériques pouvant être associés à son hub : des capteurs de mouvement, des détecteurs d’humidité…

Avec cette acquisition, Samsung se positionne fortement dans le secteur de la domotique. Google a, de son côté, également marqué son territoire dans la domotique avec l’acquisition de Nest Labs (pour 3,2 milliards de dollars) qui, à son tour, s’est offert Dropcam en juin dernier. Dans ce domaine, Apple n’est pas en reste avec HomeKit (qui pourra prendre ses commandes de l’assistant vocal Siri), une API permettant aux constructeurs de développer des périphériques et de les contrôler depuis un iPhone.

Dans l’Internet des objets, la domotique apparaît ainsi comme un nouvel Eldorado. Associée à une plate-forme mobile, elle devrait permettre de lui conférer plus d’envergure avec des nouvelles fonctionnalités à même de rendre les smartphones encore plus omnipotents dans la vie quotidienne.

Quiz : Siri, Google Now, Cortana : la reconnaissance vocale, ça vous parle ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur