Alcatel-Lucent supprimera 1353 postes en France

Pour faire face à ses difficultés financières, Alcatel-Lucent a annoncé la suppression de 1 353 postes en France d’ici la fin 2013. L’équipementier franco-américain va privilégier les départs volontaires.

alcatel-lucent licenciements

En difficulté, l’équipementier réseaux franco-américain Alcatel-Lucent a précisé ce 29 novembre supprimer 1 353 postes en France, contre 1430 évoqués initialement.

La majorité des postes visés concerne Alcatel-Lucent France (ALF), le chiffre de 996 postes supprimés ayant été ramené à 934. Alcatel-Lucent International (ALUI) est également touchée, note Silicon.fr.

Le 18 octobre dernier, Alcatel-Lucent, qui emploie un effectif total d’environ 76 000 salariés, avait indiqué supprimer 5 490 postes à travers le monde d’ici la fin 2013 dans le cadre d’un plan de restructuration annoncé dès l’été.

La décision de limiter le nombre de départs a été prise à la suite d’une analyse précise des effectifs complétée d’un plan de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, a indiqué hier un porte-parole du groupe.

Les départs volontaires seraient privilégiés dans le cadre d’un plan (PSE) qui durerait deux mois et arriverait à terme le 30 juin prochain. Pour les syndicats, une fois l’échéance passée, la porte resterait ouverte aux « licenciements secs ».

En France, l’intersyndicale CFDT, CFE-CGT, CGC évoque 365 postes concernés dans la R&D, dont 254 dans les réseaux, 108 dans les services logiciels et 3 au sein de Bell Labs. De son côté, la direction d’Alcatel-Lucent, contactée par l’AFP, estime à 230 les réductions d’effectifs dans la recherche et le développement.

La R&D est loin d’être la seule activité d’Alcatel-Lucent France à perdre de nombreux emplois. Selon les syndicats, la répartition des suppressions par unité serait la suivante : services clients (239 postes supprimés), ventes et marketing (143), finances (138), postes administratifs (45). L’informatique serait également ciblée.

Sur le plan géographique, les sites les plus touchés se trouvent à Vélizy dans les Yvelines (où 362 postes seraient supprimés avant la fermeture du site programmée en 2014), Villarceaux dans le Val-d’Oise (171 postes supprimés), Lannion dans les Côtes-d’Armor (139 postes) et Orvault en Loire-Atlantique (122 postes). Quant au site de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), il perdrait 19 de ses 22 employés, soit 86% de l’effectif.

Pour les syndicats, « ce cinquième plan depuis la fusion entre Alcatel et Lucent est une catastrophe sociale, humaine et industrielle pour les salariés en France et en Europe ».

À l’heure où la direction de l’équipementier tente d’obtenir un prêt auprès de Goldman Sachs pour rembourser sa dette, l’intersyndicale appelle les personnels à la mobilisation le 6 décembre prochain, devant le siège social du groupe à Paris.

 

 

Quizz : Etes-vous incollable sur la fibre optique ?

Crédit image : Copyright Dimitris Skordopoulos-Shutterstock.com

Derniers commentaires



0 replies to Alcatel-Lucent supprimera 1353 postes en France

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

11:28:52