Altice – Cablevision : un deal à 17 milliards validé sous conditions

EntrepriseFusions-acquisitionsOpérateursRéseaux
2 34

Les autorités de l’État de New York donnent leur feu vert à l’acquisition du câblo-opérateur Cablevision Systems par Altice. Sous quelles conditions ?

Altice va vraiment pouvoir mettre la main sur Cablevision.

La holding de Patrick Drahi a levé la dernière barrière à cette acquisition annoncée en septembre dernier pour 17,7 milliards de dollars, dette comprise : elle vient d’obtenir le feu vert des autorités de l’État de New York, où se concentre l’essentiel de l’activité du câblo-opérateur.

Plusieurs conditions sont posées. Altice devra notamment, d’ici à fin 2017, tripler le débit descendant de son réseau, à 300 Mbit/s. Il lui faudra aussi doubler, à 10 Mbit/s, celui de son offre low cost, en assurant un tarif de 24,95 dollars par mois pendant deux ans pour les nouveaux clients et trois ans pour les actuels.

Les autorités sur place exigent également la mise en place d’une offre pour les foyers à revenu modeste. Ils seront environ 600 000 éligibles à cet abonnement à 14,99 dollars par mois garantissant un débit de 30 Mbit/s.

Altice s’est plus globalement engagé à améliorer la qualité des offres Internet de Cablevision sur l’ensemble des territoires que couvre le câblo-opérateur, avec un focus sur le comté de Dutchess (voir la carte ci-dessous) et les zones côtières.

dutchess

Altice devra aussi créer un fonds de 2 millions d’euros pour couvrir les coûts associés à l’extension des infrastructures de Cablevision dans des zones peu ou pas desservies. Tout en améliorant sa capacité de réponse face aux urgences de type catastrophe naturelle.

Sur ce dernier point, en situation de crise, le nouvel ensemble – qui sera positionné comme le quatrième câblo-opérateur du pays avec 3,1 millions de clients – aura à fournir du Wi-Fi gratuit avec un accès aux actualités, et coordonner ses efforts avec les gestionnaires du réseau électrique.

Les autorités, auxquelles le gouverneur démocrate Andrew Cuomo a donné davantage de poids dans l’examen des fusions-acquisitions entre câblo-opérateurs, ont également imposé à Altice de ne procéder à aucun licenciement et de ne prendre plus généralement aucune décision susceptible de réduire la masse salariale de Cablevision… à quelques exceptions près, notamment les plans de départs volontaires et les métiers qui ne sont pas en contact direct avec les clients.

L’accord – document PDF, 3 pages – comprend également un audit trimestriel de la qualité de service du réseau. Et le fait de maintenir, pendant au moins deux ans, 14 boutiques « physiques » autour de New York.

L’acquisition devrait être bouclée à la fin du mois. Elle participera à l’expansion d’Altice outre-Atlantique, après le rachat de Suddenlink, pour 9 milliards de dollars.

On notera que Cablevision, dont le chiffre d’affaires 2015 s’élève à 6,509 milliards de dollars pour un résultat net à 175 millions de dollars (presque réduit de moitié d’une année sur l’autre), possède des actifs comme le légendaire salle du Madison Square Garden et la franchise de basket-ball des New York Knicks. Mais ces activités ne tombent pas dans le giron d’Altice.

Crédit photo : Allen.G – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur