Altice dose mieux son top management entre l’Europe et les USA

Gestion réseauxManagementRéseaux
patrick-drahi-altice
4 12

Patrick Drahi procède à une ré-organisation de la direction du groupe Altice, pour mieux gérer le business qui s’étend désormais outre-Atlantique.

Le groupe Altice bouleverse l’organigramme de son top management pour mieux refléter de ses forces entre l’Europe et les Etats-Unis.

Avec le feu vert sous conditions donné par les autorités de l’État de New York pour l’acquisition du câblo-opérateur Cablevision Systems et le rachat de Suddenlink, Altice doit disposer d’un vrai exécutif pour gérer ce nouvel actif précieux.

C’est Dexter Goei, le bras droit finances et stratégies de Patrick Drahi qui va prendre en main ce nouveau pôle business aux USA, qui va peser 40% du chiffre d’affaires du groupe.

Un gros morceau de l’activité qu’il faut remettre en ordre de marche au regard du montant de l’investissement consenti (17,7 milliards de dollars, dette comprise rien que Cablevision Systems).

Si Dexter Goei prend en parallèle les fonctions de Président d’Altice NV pour la supervision des activités en Europe, c’est un autre manager qui incombe de gérer davantage le business opérationnel : le Français Michel Combes, qui prend les fonctions de CEO de Altice N.V.

Auparavant, il disposait du grade de COO dans cette structure paneuropéenne. On le connaît également en France avec la casquette de P-DG du groupe Numericable – SFR (propriété du groupe Altice).

Mais que devient Patrick Drahi dans cette nouvelle configuration ? L’homme d’affaires milliardaire, qui a monté cette galaxie entre les secteurs télécoms et médias, prend (encore) de la hauteur, pourrait-on dire.

En tant qu’actionnaire principal du groupe Altice, il va chapeauter un super comité stratégique baptisé Altice Group Advisory Council en charge du développement de son groupe.

(Copie écran : Patrick Drahi auditionné par le Sénat – juin 2016 – Via Public Sénat)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur