Epicerie du futur : Amazon Go essuie les premiers plâtres

E-commerceE-paiementMarketing
amazon-go-platres

Amazon va retarder l’ouverture d’Amazon Go, son concept d’épicerie du futur. Des problèmes, notamment liés au process de la facturation automatique, ont été identifiés.

L’ouverture grand public de sa première épicerie « phygital » (mélange de « physique » et « digital ») dénommée Amazon Go est repoussée. La firme Internet marchand de Jeff Bezos doit en effet corriger les défauts liés à sa technologie de facturation automatique des clients.

Ces pépins techniques vont ainsi retarder l’inauguration grand public du premier Amazon Go, qui était censée intervenir d’ici la fin du mois. La date d’ouverture désormais repoussée demeure incertaine.

Lancée début 2017  en bêta à Seattle avec une ouverture exclusive aux employés d’Amazon, l’épicerie du futur d’une superficie de 170 m2 fait face à des problèmes de jeunesse et des imprévus techniques.

En effet, le géant de l’e-commerce rencontre des soucis dans la mise en place pour la vente aux détails automatisée. Plus particulièrement dans le process de facturation automatique des clients lorsqu’ils quittent le magasin (au lieu de procéder au passage en caisse traditionnel).

Dans sa configuration innovante, Amazon Go exploite des caméras, des capteurs et des algorithmes IA (machine learning) pour accompagner les clients dans leurs parcours et identifier les produits pris (ou non) en rayon.

Mais, des problèmes se poseraient dès lors qu’il y aurait plus de 20 personnes simultanément dans le magasin, selon le Wall Street journal. Des difficultés se surviennent aussi lorsqu’un client remet un article à un autre emplacement que celui où il l’a retiré.

C’est encourageant et déroutant à la fois : sous la barre des 20 personnes évoluant en simultané sur place, tout fonctionnerait correctement.

Avec quelques limites : il faut éviter que les mouvements des clients soient trop rapides dans l’espace marchand. Sinon, le dispositif multi-capteurs ne suit pas.

A l’ouverture, lorsque les problèmes techniques majeurs seront résolus, Amazon devra faire appel (au moins initialement) à des employés afin de surveiller qu’il n’y a pas de dysfonctionnement majeur.

 Le client n’a qu’à prendre physiquement les produits qu’il désire dans les rayons : « Pas de files d’attente, pas de vérification en sortie. ». Il est ensuite facturé en sortant du magasin via son smartphone et l’application idoine.

Amazon parle de « Just Walk Out Shopping » pour ce projet initié dès 2012 par Steve Kessel, Vice-Président d’Amazon. Il s’agit d’une vision pour inventer le magasin du futur. Mais d’autres pistes technologiques sont avancées comme la réalité augmentée.

(Crédit photo : @Amazon)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur