AMD accuse Intel et Skype de s’être entendus sur son dos

Mobilité

Les capacités de Skype 2.0 ont-elles été artificiellement limitées sur les plates-formes AMD? Convaincu, AMD assigne Skype.

Convaincu qu’Intel abuse de sa position dominante sur le marché des processeurs pour lui interdire l’accès à certains marchés ou partenariats, AMD a assigné Skype le 28 février dernier. Le fondeur de puces de Sunnyvale exige que l’éditeur de solutions de téléphonie IP lui transmette le document validant l’accord passé avec Intel à propos de l’application Skype 2.0.

Annoncée début février, Skype 2.0 autorise la téléconférence jusqu’à 10 personnes (ou dix connexions) simultanées. A condition que l’application soit installée sur une plate-forme intégrant un processeur double coeur d’Intel (voir brève du 9 février 2006). Sur les autres types de processeurs, y compris les Athlon double coeur d’AMD, le service limite à cinq le nombre maximum de correspondants pouvant dialoguer simultanément.

Limite artificielle pour les plates-formes AMD

Autrement dit, seule la puissance apportée par les technologies double coeur d’Intel serait en mesure d’assurer la qualité de service requise pour la téléconférence à dix voix. Un argument que réfute totalement AMD qui estime naturellement que ses processeurs double coeur sont aussi performants que ceux d’Intel.

Le fondeur de Sunnyvale serait même convaincu que Skype a artificiellement posé une limite à cinq canaux la téléconférence sur les plates-formes AMD à la demande d’Intel. D’où la requête expresse d’avoir accès au contrat passé entre Intel et Skype et tous les documents afférents au partenariat.

Coups de canifs dans l’empire Intel

Cette nouvelle requête d’AMD vient alimenter les nombreuses plaintes que le producteur de puces a déposé à l’encontre de son concurrent l’année dernière (voir édition du 28 juin 2005). AMD poursuit également son offensive sur le front des ventes. Selon une étude de la banque d’affaires JPMorgan, la part de marché mondiale des processeurs AMD (tous types confondus) serait passée de 17,7 % au troisième trimestre 2005 à 21,4 % au quatrième trimestre.

De plus, le fondeur de puces de Sunnyvale multiplie les accords. Outre l’adoption des processeurs Opteron pour serveur par HP et Sun Microsystems, AMD s’introduit aujourd’hui sur les machines Lenovo (voir édition du 24 février 2006) qui a racheté la division PC d’IBM il y a plus d’un an (voir édition du 8 décembre 2004). Et les discussions se poursuivent régulièrement avec Dell qui, pour le moment, maintient son partenariat exclusif avec Intel. Autant de coups de canif dans l’empire d’Intel qui multiplient les frictions entre les deux fondeurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur