Anonymous s’attaque à un réseau de pédophiles caché dans un “darknet”

Cloud

Le collectif de hacktivistes Anonymous a annoncé s’attaquer aux sites de pédopornographie camouflés dans les “darknet” du réseau Tor, et a publié les informations de comptes de 1600 de leurs utilisateurs.

Le collectif de hackers Anonymous a lancé le 14 octobre une opération “OpDarknet” destinée à s’attaquer aux réseaux de pédopornographie se cachant sur les “darknet” relève Ars Technica.

Les “darknet” se composent de sites hébergés sur les protocoles P2P d’anonymisation, originalement créés pour protéger l’identité numérique des opposants aux régimes autoritaires.

Les réseaux Tor, I2P et Freenode en particulier peuvent héberger des sites anonymes et pratiquement impossibles à supprimer de l’extérieur.

Le groupe de “hacktivistes” a donc décidé de “débarrasser le darknet de ses déchets” . Il tente de supprimer les sites hébergeant des contenus pédopornographiques, et d’exposer leurs utilisateurs, en les piratant.

Après avoir découvert que l’hébergeur Freedom Hosting abritait près de 40 sites de ce type, le groupe de hackers a créé des comptes sur plusieurs d’entre eux et entrepris de les pirater et d’en empêcher l’accès.

Si au terme de l’attaque les comptes de plus de 1600 utilisateurs ont été publiés, l’opération n’est pas un franc succès.

Les sites ont effectivement été hors ligne quelques heures, avant d’être rétablis. Les attaques de type DDoS (Déni de Service Distribué) continuent et ralentissent leur utilisation, mais ne provoquent pas de vrais dégâts.

Les comptes compromis ont été supprimés par les administrateurs, ce qui limite les nouvelles possibilités d’attaques. Et sur les 1600 comptes utilisateurs dévoilés, une douzaine seulement a pu être liée à de vraies identités.

Les administrateurs de ces sites ont réagi, et se réclament du soutien de la criminalité organisée russe pour mette en garde les hacktivistes. L’un de ces criminel explique même que son site lui rapporte près de 700 euros par jour.

Mais les membres d’Anonymous en lutte contre ces réseaux ne baissent pas les bras, et continuent de s’attaquer à ces communautés pédophiles par de nouvelles méthodes.

Leur objectif est de redonner aux protocoles d’anonymisation et aux darknets leur vrai rôle de lutte “contre les gouvernements oppresseurs d’Iran et de Chine“.

Peut-être que pour une fois les forces de l’ordre ne trouveront rien à redire à aider le collectif de pirates ?

Logo : © Tommi – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur