Antitrust – Europe : Getty Images porte le fer contre Google

JuridiqueLégislationRégulations
google-getty-images
0 0

De « partie intéressée » dans l’enquête antitrust menée par Bruxelles contre Google, l’agence Getty Images est devenue plaignante.

Getty Images n’est plus seulement « partie intéressée » dans le cadre de l’enquête antitrust menée par la Commission européenne contre Google sur le marché de la recherche en ligne.

L’agence de photographie fondée il y a plus de 20 ans par Jonathan Klein et Mark Getty avait obtenu ce statut* en juin dernier.

Elle a attendu le 27 avril 2016 pour formaliser une plainte.

Ses griefs portent sur le service Google Images, intégré dans Google Search depuis 2007.

Au cœur du débat, une modification apportée en janvier 2013 : les petites vignettes cliquables avaient été remplacées par des images hautes résolution.

Selon Getty Images, cette présentation dissuade les internautes d’aller consulter les images sur leurs sites sources. En d’autres termes, Google crée un « environnement captif » qui lui permet de collecter davantage de données et de diffuser d’autant plus de publicité.

Cette « stratégie d’exclusion » toucherait indirectement « plus de 200 000 photographes et illustrateurs », par ailleurs exposés au piratage de leurs créations, « d’un simple clic-droit ».

Sur cette question du droit d’auteur, l’agence considère que pour rediriger les internautes vers son propre moteur vertical de recherche d’images, Google utilise – et modifie – du contenu sur lequel Getty Images a la propriété et/ou les droits de distribution. Et les crédits seraient souvent mal attribués lors de l’ouverture des vignettes en grande taille.

Google userait de plusieurs autres moyens pour rediriger le trafic vers son propre écosystème, en s’assurant que ledit trafic n’aboutisse presque jamais sur les sites sources des contenus. Par exemple, le placement des liens vers Getty Images très bas dans les résultats, fréquemment au-delà de la première page.

Autant de pratiques qui, d’après Getty Images, entravent la concurrence tout en portant préjudice aux consommateurs, qui ne voient pas nécessairement les contenus les plus pertinents en réponse à leurs requêtes.

Bruxelles a retenu le même postulat à l’heure de lancer officiellement, il y a un an, des poursuites contre Google sur son comparateur de prix Google Shopping.

* Aux termes du référentiel ISO 14001, une « partie intéressée » est « un individu ou un groupe concerné ou affecté par la performance […] d’un autre groupe ».


 

États-Unis : la FTC avance dans son enquête sur Android

Selon le Wall Street Journal, la Federal Trade Commission, assimilable à la DGCCRF française, a rencontré « au moins deux sociétés » concurrentes de Google pour en savoir plus sur les pratiques de la firme avec son OS mobile. N’ayant pas encore déposé de plainte, elle espérerait aussi obtenir des éléments de la part de la Commission européenne pour l’aiguiller dans ses investigations.

Crédit photo : rvlsoft – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur