AOL France livre son navigateur AOL Explorer 1.5

Cloud

Bien que basé sur le moteur d’Internet Explorer, cet outil s’en démarque en de nombreux points. Il était sorti aux Etats-Unis l’année dernière.

Le 8 juin prochain, AOL lancera son navigateur AOL Explorer 1.5 en France. Totalement indépendant de sa plate-forme de communication AOL 9, AOL Explorer s’appuie sur le moteur de rendu d’Internet Explorer 6. Mais la comparaison avec le navigateur de Microsoft pourrait s’arrêter là. AOL Explorer 1.5 se distingue d’abord par une interface des plus sobre ou, par défaut, seuls les boutons indispensables à la navigation (suivant, retour, arrêt, recharge et page par défaut) jouxtent la barre d’adresse. L’interface s’enrichit également d’un champ de saisie dédié au moteur de recherche d’AOL.

Le navigateur intègre également les désormais indispensables onglets de navigation qui permettent de consulter plusieurs sites web à travers la même fenêtre de navigation. Si cette fonction existe depuis longtemps chez Firefox ou Opera, elle ne fera son apparition en natif que dans la version 7 d’Internet Explorer attendue avant la fin de l’année. Par ailleurs, le survol d’un onglet par le curseur affiche une prévisualisation de la page visitée sous forme de vignette. Ce qui évite à l’utilisateur d’avoir à ouvrir ses onglets pour vérifier ce qu’ils contiennent. Mieux, une pression sur la touche F8 lance l’explorateur des onglets sous forme d’une page en transparence qui affiche l’ensemble des pages ouvertes, toujours au format vignette.

Intégration de widgets

Dans le même esprit d’optimisation du temps de navigation, les développeurs ont intégré une fonction qui, via un simple Ctrl-clic droit sur un lien, génère un aperçu de la page liée. Mais l’évolution la plus importante se trouve probablement dans les volets latéraux situés sur la gauche de la fenêtre. Ils donnent accès au Webmail d’AOL, aux fils RSS, aux favoris (avec importation automatique de ceux d’IE), à l’historique de la navigation et aux sites d’AOL (et ceux qu’on y ajoute). Ces volets peuvent se détacher du navigateur pour s’installer sur le bureau de l’utilisateur comme des applications web indépendantes sous forme de widgets. Ce qui peut s’avérer très pratique, notamment pour l’agrégateur de flux RSS. Fils d’information qui pourra également se transformer en écran de veille dynamique.

Fort de ces nouvelles fonctionnalités, AOL Explorer n’en néglige pas moins la sécurité. Comme tout bon navigateur qui se respecte, celui d’AOL propose le blocage des publicités non sollicitées, gère au mieux les paramètre d’affichage des pop-up et apporte les outils d’effacement des données personnelles et autres traces laissées sur le disque dur au fil de la navigation. On regrettera cependant l’absence d’outil antiphishing aujourd’hui quasi indispensable pour se sentir en sécurité sur le cyber-réseau.

Sorti à l’été 2005 aux Etats-Unis, AOL Explorer 1.5 a mis près d’un an à débarquer chez nous. Il pourrait connaître une déclinaison sur le marché allemand ou le fournisseur d’accès est également implanté. Dans ce cadre, AOL Explorer s’inscrit comme la base de reconquête des utilisateurs pour le groupe mondial de communication dont le développement s’appui désormais sur une offre de contenus en propre (voir édition du 11 avril 2006). De ce fait, le navigateur est accessible à tous les internautes, qu’ils soient abonnés ou non aux services du FAI. En apportant une véritable compatibilité entre le navigateur, le webmail et, probablement, la prochaine version d’AIM, AOL table sur des “affinités d’expérience” pour séduire les utilisateurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur