Apple : évolution en douceur pour les iMac

Mobilité
apple-imac-late-2013-haswell

La 9e génération des ordinateurs tout-en-un Apple iMac embarque les nouvelles puces Intel Core sur micro-architecture Haswell, une connectivité Wi-Fi 802.11ac et du stockage flash plus rapide sur interface PCIe.

Fin 2012, Apple introduisait la 8e génération de ses ordinateurs tout-en-un iMac, avec en point d’orgue une refonte du design, illustrée par un châssis assemblé grâce à une technologie de soudure en ‘friction-malaxage’ héritée de l’aéronautique.

Cette année, les améliorations sont moins perceptibles. Et pour cause : elles se situent au niveau des composants.

Les quatre modèles de la gamme (deux au format 21,5 pouces ; deux en 27 pouces) gagnent en puissance, avec des puces Intel Core i5 de 4e génération (‘Haswell’, dotées de 4 coeurs physiques) et la possibilité d’une mise à jour en i7.

Les solutions graphiques prennent elles aussi du galon, avec en tête d’affiche la GeForce GTX 780M de Nvidia, un GPU basé sur la nouvelle architecture Kepler et 4 Go de mémoire dédiée, permettant un rendu en Full HD sur 21,5 pouces et en 2560 x 1440 points sur 27 pouces.

Passé la cohabitation de l’USB 3.0 et du Thunderbolt, disques durs (jusqu’à 3 To) et mémoire flash (512 Go maximum) sont mis sur un pied d’égalité.

Ils peuvent en l’occurrence être associés au sein d’une configuration hybride grâce à la technologie Fusion Drive, qui combine les deux supports physiques pour les présenter à l’utilisateur comme un seul volume logique.

Les performances du SSD en lecture – ‘+50%’ sur l’interface PCIe, selon Apple – accélèrent l’amorçage du système d’exploitation et l’initialisation des programmes. A contrario, les données moins fréquemment sollicitées sont stockées sur le disque magnétique.

Autre nouveauté, le Wi-Fi 802.11ac, jusqu’alors réservé à certains MacBook. La dernière mise à jour d’OS X ‘Mountain Lion’ (10.8.5) assure des débits de 45 Mo/s, à condition d’utiliser l’AFP (Apple Filing Protocol).

Décliné en deux version proposées respectivement à 1299 et 1499 euros TTC (50 euros de moins que la génération précédente), l’iMac intègre en standard 8 Go de mémoire.

Il dispose également d’un disque dur de 1 To… mais celui-ci est annoncé à 5400 tr/min. Et la solution graphique exploitée n’est autre que l’Iris Pro implémentée à même le processeurs Intel Core, à savoir un i5 (bicoeur à 2,7 GHz ; 3,2 GHz en Turbo Boost).

L’autre modèle de 21,5 pouces est 200 euros plus onéreux, car il est pourvu d’un i5 plus rapide (2,9 GHz ; 3,6 GHz en Turbo Boost) et d’une carte dédiée Nvidia GeForce GT 750M à 1 Go de mémoire.

Parmi les options de stockage, on trouve des SSD (200 euros pour 256 Go ; 500 euros pour 512 Go) ou bien, pour 200 euros, un système hybride Fusion Drive associant le disque dur de 1 To à 128 Go de flash NAND.

Le passage à 16 Go de RAM est facturé 200 euros. Les logiciels de productivité Pages, Keynote et Numbers peuvent être installés par défaut, pour 18 euros chacun.

L’offre est comparable pour les iMac 27 pouces, qui peuvent néanmoins accueillir des solutions graphiques plus performantes. Ainsi, en haut de gamme, la version proposée à 1999 euros TTC (contre 2049 précédemment) dispose, de série, d’une GeForce GT 775M à 2 Go dédiés.

S’y adjoint un processeur Intel Core i5 à 3,4 GHz (3,8 GHz en Turbo Boost).

Pour 200 euros de moins, l’autre iMac 27 pouces se cantonne à une GeForce GT 755M (1 Go) et un i5 cadencé à 3,2 GHz (3,6 GHz en Turbo Boost).

Parmi les options de stockage, un disque dur de 3 To (150 euros) et des SSD de 256 Go (200 euros), 512 Go (500 euros) ou 1 To (1000 euros).

imac-late-2013

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous l’histoire d’Apple ?

Crédit photos : Apple


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur