Apple iPhoto : tous les chemins mènent à OpenStreetMap

CloudMobilitéOS mobiles

Apple concrétise ses velléités d’émancipation vis-à-vis de Google Maps et se réoriente vers l’écosystème open source OpenStreetMap. L’application iPhoto s’impose comme l’ambassadrice de cette transition.

Apple affiche de longue date des velléités d’émancipation vis-à-vis de l’écosystème Google Maps. La séparation s’amorce avec l’application iPhoto, désormais basée sur les cartes d’OpenStreetMap des suites de son portage sur iPad.

Il est fort probable qu’une telle distanciation ne constitue que la première pierre d’un édifice acquis à la flexibilité ainsi qu’à l’échelle tarifaire avantageuse de celui que la Toile surnomme “le Wikipédia de la géographie“.

Et pour cause : le projet OpenStreetMap, oeuvre de la fondation du même nom, est le fruit des contributions d’internautes qui enrichissent à leur aise la base de données cartographique.

A cet égard, les API sont ouvertes à la réutilisation ainsi qu’à la modification à toute guise.

Apple les a adaptées à sa sauce, se dispensant par là même d’une coûteuse implémentation de Google Maps : 4 dollars toutes les 1000 visites au-delà des 25 000 affichages mensuels.

S’il est convenu que les données ainsi proposées aux utilisateurs d’iPhoto datent d’avril 2010 et que certains contributeurs ne sont pas encore crédités pour leur travail, OpenStreetMap se félicite d’un tel tournant, pressenti depuis le mois d’octobre.

En instance de divorce avec Google Maps, Apple était même pressenti pour capitaliser sur le rachat du suédois C3 Technologies et adjoindre la 3D à son propre outil de cartographie, dans le cadre d’un projet “Maps + Compass” aujourd’hui  tombé aux oubliettes.

Le vent du changement perdure néanmoins. Dernier en date à avoir effectué la bascule, Foursquare et ses 10 millions de membres.

 

 

Crédit image : © Alexstar – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur