Apple : la fin du scandale des stock-options antidatées

Cloud

L’ancienne responsable juridique d’Apple a conclu un accord à l’amiable avec la SEC, mettant un terme au scandale des stock-options antidatées

L’ancienne responsable juridique d’Apple, Nancy Heinen, a accepté de verser à la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme boursier américain, un montant de 2,2 millions de dollars et de se soumettre à des sanctions professionnelles.

Cet accord marque la fin du scandale des stock-options antidatées qui avait secoué la direction d’Apple l’année dernière. L’affaire concerne une série de stock options accordées en 2001 aux hauts dirigeants d’Apple, y compris au PDG Steve Jobs. Elles avaient été, en réalité, antidatées pour leur être plus favorables.

Apple a mené une enquête interne qui a révélé que Steve Jobs était au courant de cette pratique, qu’il ne considérait pas comme illégale. Aucune charge n’a pesé contre Apple en tant que personne morale, mais la SEC a engagé des poursuites à l’encontre de Nancy Heinen et de l’ancien directeur financier Fred Anderson en avril 2007.

Avant même que les charges pesant contre lui ne soient annoncées, Fred Anderson avait conclu un accord à l’amiable avec la SEC, laissant Nancy Heinen seule sur le banc des accusés. Outre les sanctions financières, Nancy Heinen ne pourra prétendre à aucun poste à responsabilité dans une société anonyme pendant une durée de cinq ans. Elle ne pourra pas non plus exercer en tant qu’avocate devant la SEC pendant une durée de trois ans.

Traduction de l’article Former Apple exec settles with SEC de Vnunet.com en date du 18 août 2008.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur