Apple, les beaux jours sont de retour

Cloud

Le groupe a présenté des résultats encore meilleurs que prévu pour son quatrième trimestre fiscal et prévoit une fin d’année en apothéose. Les analystes sont partagés quant à l’évolution de ces bons résultats.

“Apple a enregistré une croissance supérieure à celle de l’industrie et c’est une première depuis neuf ans !” Steve Jobs, le PDG d’Apple s’est montré enthousiaste lors de la présentation des résultats de sa société. Il faut dire que la firme de Cupertino réalise ses premiers bénéfices depuis trois ans. Pour son quatrième trimestre fiscal qui s’est clôt le 25 septembre 1998, Apple a réalisé un bénéfice de 106 millions de dollars (environ 640 millions de francs) contre des pertes de 161 millions de dollars (environ 1 milliard de francs) l’an passé à la même période. Le chiffre d’affaires trimestriel s’élève quant à lui à 1,6 milliard de dollars (environ 10 milliards de francs).

Sur l’ensemble de l’année, il est de 5,9 milliards de dollars contre 7,1 milliards de dollars un an plus tôt. Malgré cette baisse, Apple a dégagé un bénéfice annuel de 309 millions de dollars contre une perte d’un milliard de dollars l’année d’avant.

Fred Anderson, directeur financier d’Apple s’est bien sûr félicité de ces résultats : “C’est la première fois depuis décembre 93 que nous avons une croissance supérieure à celle de l’industrie informatique qui oscille entre 12 et 15%. Les ventes à l’unité ont augmenté de 28% tous modèles confondus d’une année sur l’autre. L’iMac a été le moteur le plus évident de ce regain avec 278000 exemplaires vendus en six semaine soit le double de ce que prévoyaient les analystes. Mais nous avons enregistré une forte croissance pour nos modèles professionnels et nos Powerbook.” Il a également indiqué que la marge brute dégagée pour les ventes de micro avait atteint 26,8% grâce à une meilleure gestion des stocks. Toutefois, cette marge a baissé au quatrième trimestre avec l’arrivée de l’iMac qu’Apple vend au plus bas prix possible.

Anderson a par ailleurs donné des prévisions pour les deux années à venir. Il s’attend à une croissance en unités et chiffres d’affaires pour la fin d’année et pour 1999, l’objectif d’Apple étant de dépasser la croissance moyenne de l’industrie. Anderson s’est aussi montré confiant quant au succès de MacOS 8.5 : “Nous en attendons des revenus importants au quatrième trimestre parce que c’est une mise à jour significative qui intègre notamment notre technologie de recherche Sherlock.”

Pour les analystes cependant, l’avenir n’est pas aussi rose qu’Apple le laisse entendre. James Staten de Dataquest est plus réservé : “Cette année, l’objectif n’était pas d’augmenter le chiffre d’affaires mais de revenir à la rentabilité. Le quatrième trimestre dira vraiment si Apple s’inscrit à nouveau dans une phase de croissance. La société se porte beaucoup mieux mais la croissance du secteur n’est toujours pas là. Et si elle ne vient pas, Apple aura du mal à gagner en volume.” Par ailleurs, selon lui, même si Apple a cassé ses prix pour doper les ventes de l’iMac, les premiers chiffres indiquent que le nombre total d’acheteurs de Mac n’aurait pas augmenté. Simplement, beaucoup d’acheteurs potentiels de G3 auraient été détournés.

Rob Enderle, directeur des technologies mobile et portable chez Gigagroup est pour sa part plus enthousiaste : “Les résultats d’Apple sont très bons et ont battu les prévisions de plusieurs points. Cela montre qu’Apple est toujours capable d’innovation et reste fidèle à son image. Je crois que la croissance est potentiellement viable même s’il faudra attendre 1999 pour vraiment savoir.” Selon lui, la compression des marges est effectivement un problème mais les vendeurs de PC y sont aussi confrontés et tout dépend de la manière dont les coûts sont alignés avec les prix. Il indique que le plus dur viendra à la fin de l’année prochaine quand la croissance du marché sera cassée par le chantier du passage à l’an 2000.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur