Apple ne décolère pas contre ATI

Cloud

La “fuite” qui avait permis de connaître dés lundi dernier, le contenu de la présentation de Steve Jobs à MacWorld est la cause d’un refroidissement certain des relations entre les deux sociétés.

L’incident a commencé lundi dernier par une indiscrétion lors d’un communiqué du Canadien ATI (voir notre édition du 28 juillet 2000), fournisseur d’Apple, soulignant la présence de ses nouvelles puces graphiques Radeon sur deux des trois produits que Steve Jobs allait présenter mercredi. Le communiqué indiquait : “…Apple devrait annoncer trois nouveaux systèmes incluant des cartes graphiques ATI. L’un d’eux sera un iMac embarquant le processeur RAGE 4XL, les deux autres sont des PowerMacs qui sortiront avec la carte RAGE 128 PRO en standard et du Radeon”.

Selon des sources interrogées par notre confrère MacCentral, les dirigeants d’Apple ? ainsi que Steve Jobs ? étaient livides à la vue de cet incident. “Steve était hors de lui”, indique un responsable d’Apple. “Il avait fait tellement attention à cacher les détails ? même les plus petits, comme le nombre de produits annoncés. Ce genre de chose peut vraiment mettre tout par terre”.

La chasse aux responsabilités a commencé tout de suite après chez ATI. Selon ses responsables, cette information était sous embargo et ne devait pas être publiée avant mercredi. La faute incomberait donc aux services de Business Wire, un diffuseur de communiqués, présents à MacWorld. Mais ceux-ci ont décliné toute responsabilité et indiqué qu’ATI était au courant que l’annonce serait publiée avant l’intervention de Jobs. Celui-ci n’accorde aucune importance à l’identité du fautif, selon ATI. “La fuite a eu lieu alors que cela n’aurait pas dû arriver”.

La conséquence immédiate de cet incident a été l’ordre donné par Steve Jobs, de retirer toutes les cartes Radeon sur les Mac présentés sur le stand Apple ainsi que d’effacer toute mention des produits ATI, de ne pas en parler lors de son intervention et également d’annuler une démonstration de la nouvelle puce. Celle-ci devait être réalisée dans les 45 premières minutes du show de Jobs. Un représentant d’ATI devait monter sur scène pour “lancer” la commercialisation du processeur.

Cette polémique relance les questions quant aux relations d’Apple avec les fondeurs de puces graphiques. L’incident ne pouvait pas tomber à pire moment pour ATI, alors que deux de ses concurrents (voir notre édition du 5 juin 2000) font de l’oeil à la firme de Cupertino pour être référencés auprès d’elle, et être proposés en option sur son site ou embarqués en standard sur certains produits d’Apple (voir notre édition du 30 juin 2000). Les critiques ont volé récemment, dénonçant un comportement de “suiveur” technologique de cette firme basée dans l’Ontario.

La nouvelle carte est équipée de 32 Mo de mémoire DDR, ainsi que des sorties destinées aussi bien aux moniteurs VGA qu’aux écrans plats numériques. La carte supporte des résolutions jusqu’à 1920 par 1440 pixels et le 16/9. Elle peut être connectée à un téléviseur.

Pour en savoir plus :

Le Radeon d’ATI


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur