Apple prêt à faire sa révolution verte

Mobilité

Steve Jobs s’engage à prendre des mesures écologiques pour les produits
Apple. Une réponse aux critiques virulentes de Greenpeace.

Apple n’a pas apprécié le dernier classement de Greenpeace sur le niveau de pollution des constructeurs de matériel informatique et électronique. Il faut dire que la marque à la pomme arrive en bas du classement ce qui n’est pas, on s’en doute, pour plaire à Steve Jobs. Le patron d’Apple s’est donc fendu d’une lettre ouverte pour expliquer la position de la firme sur les questions environnementales et, surtout, annoncer les mesures à venir.

Dans une contribution intitulée A Greener Apple (Un Apple plus vert, qui joue sur la similarité entre la marque et le fruit), Steve Jobs reconnaît les erreurs de son entreprise… à ne pas avoir mieux communiqué. “Quelles que soient les améliorations que nous devons apporter, il est clair que nous avons échoué à communiquer sur les choses que nous faisons bien.” Selon lui, Apple se classe, ou se classera, en tête des pratiques respectueuses pour l’environnement par rapport à ses concurrents.

Apple s’engage donc à supprimer ou réduire au maximum les composants toxiques de ses produits et à renforcer sa politique de recyclage. La firme de Cupertino annonce notamment son intention de supprimer l’arsenic présent dans les écrans LCD d’ici 2008 et à réduire autant que possible la présence mercure, notamment en se tournant vers les technologies LED (light-emitting diodes) pour rétro-éclairer les moniteurs plats, comme c’est déjà le cas pour les iPod.

30 % des produits recyclés en 2010

Les produits toxiques comme les PVC (Polyvinyl Chloride) et les retardateurs de flamme bromés (RFB) n’ont guère plus de chance de survie. Apple annonce également son intention des les faire disparaître d’ici la fin 2008. Quand aux appareils bons pour la poubelle, ils devraient être mieux pris en charge.

Apple rappelle que ses programmes de recyclage datent de 1994 et sont mis en oeuvre dans les pays qui, au total, vendent plus de 82% du matériel de la marque à la pomme. Un taux qu’Apple prévoit d’élever à 93% avant la fin de l’année 2007. L’an dernier, Apple déclare avoir éliminé 9,6 % des appareils maison vendus il y a sept ans (soit 5 900 tonnes). En 2007, ce taux devrait s’élever à 13% puis 20% en 2008 pour frôler les 30% en 2010.

Greenpeace s’est naturellement félicité des bonnes intentions d’Apple. Néanmoins l’organisation écologiste regrette que les opérations de recyclage de l’éditeur de Mac OS X se limite essentiellement aux Etats-Unis. Au moins, le rapport de Greenpeace aura permis de clarifier les choses du côté d’Apple tout en l’obligeant à changer de stratégie de communication, du moins sur le thème du respect de l’environnement.

Steve Jobs confirme que sa société s’obligera à une mise au point annuelle sur l’avancement des initiatives écologiques. Rendez-vous l’année prochaine pour vérifier qu’Apple se classera bien en tête du classement de Greenpeace, donc.

L’informatique pollue autant que l’aéronautique
Selon Gartner, le fonctionnement des appareils informatiques et électroniques produisent 2 % des émissions de le dioxyde de carbone (CO2). Soit autant que l’industrie de l’aviation. Pour faire ses comptes, le cabinet d’études multi-sectoriels a additionné la consommation énergétique des PC, serveurs, systèmes de refroidissement, téléphones fixes et mobiles, réseaux locaux et imprimantes, ainsi que les périphériques. Si ces calculs s’appuie sur les usages informatiques des entreprises et organisations gouvernementales mondiales, il ne comprend pas ceux des particuliers. Gartner détaillera son analyse à l’occasion du Symposium/ITxpo du 20 au 23 mai 2007 à Barcelone.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur